/finance/homepage

L'Alberta compte ouvrir un bureau montréalais pour attirer les entrepreneurs québécois

Agence QMI

Welcome to Alberta Canada Roadside Sign

pabrady63 - stock.adobe.com

L'Alberta a dévoilé, lundi, un ambitieux programme de relance économique qui mise notamment sur des baisses d'impôts visant à attirer des entrepreneurs de partout au pays.

Dès mercredi, l'impôt sur les entreprises passera de 10 % à 8 %, a dévoilé le premier ministre Jason Kenney, qui espère que la mesure permettra de générer 13 milliards $ en croissance économique. Environ 55 000 emplois seront créés dans les prochaines années grâce à ce taux d'imposition avantageux pour les employeurs, croit l'administration Kenney.

«Notre annonce lance un message frappant aux entrepreneurs du Canada et de partout en Amérique du Nord que notre intention d'avoir les plus petites basses taxes pour les employeurs n'est pas qu'une aspiration, qu'un objectif futur», s'est enthousiasmé M. Kenney en conférence de presse, avant d'ajouter que contrairement aux autres provinces, la sienne a le courage d'aller de l'avant avec des diminutions d'impôt pour les compagnies.

Jason Kenney a précisé, en répondant aux questions des journalistes, que l'Alberta compte vendre son plan fiscal aux entrepreneurs, notamment en ouvrant un bureau au centre-ville de Montréal, mais aussi dans d'autres villes nord-américaines, dont Toronto, Houston et New York.

Une économie «diversifiée»

Déjà durement malmenée depuis des années par la chute du baril de pétrole, l'économie albertaine a subi de plein fouet la crise de la pandémie, avec l'un des taux de chômage les plus élevés au pays.

«En face de la prise crise de l'emploi en près d'un siècle, nous devons construire, diversifier notre économie et créer des emplois», a plaidé M. Kenney en présentant son plan de relance. Le premier ministre a néanmoins insisté pour mentionner que l'Alberta peut déjà compter sur une économie «bien plus diversifiée qu'elle ne l'a jamais été», citant au passage les secteurs touristiques et agricoles.

Le plan de relance inclut notamment 10 milliards $ en projets d'infrastructure en tout genre, soit une hausse de 40 % du plan d'infrastructures présenté par la province dans son dernier budget.

«Le plan est en toujours en cours de développement. Les détails des politiques par secteur seront dévoilés dans les prochaines semaines, mais, compte tenu de la gravité de la crise économique, nous devons agir maintenant», a précisé M. Kenney.