/news/coronavirus

Le masque sera obligatoire dans les transports en commun

Jérémy Bernier et Geneviève Lajoie | Journal de Québec

Le masque sera obligatoire dans les transports en commun. Devant la tiédeur de plusieurs citoyens à le porter, François Legault et le Dr Horacio Arruda ont décidé d’imposer le couvre-visage dans les bus et le métro.

• À lire aussi: La pandémie de COVID-19 «est loin d’être finie»

Ils en feront l’annonce mardi, en conférence de presse à Montréal. Jusqu’ici, le premier ministre et le directeur national de la santé publique n’étaient pas des partisans de la manière forte.

Ils préféraient « recommander fortement » le port du masque dans les lieux publics. Mais le relâchement de la vigilance dans les dernières semaines force les autorités à rendre le couvre-visage obligatoire dans les transports en commun, où la distanciation physique est souvent impossible.

Selon nos informations, cette directive entrera en vigueur dans deux semaines, le temps de faire de la sensibilisation auprès de la population et de permettre aux réseaux de transport de se préparer.

Car ce sont eux qui ultimement devront faire respecter cette consigne, qui vise à éviter ou à ralentir une nouvelle vague de contamination de la COVID-19.

Est-ce que des masques seront fournis aux citoyens qui n’en auront pas ? En coulisses, on signale qu’il est impensable que le gouvernement ou les sociétés de transport puissent fournir des masques à tous les usagers.

Cette nouvelle mesure devrait également influencer le transport scolaire.

Des écoles publiques et privées réclament le port du masque dans les autobus scolaires sans distanciation physique, ce qui permettrait d’éviter de priver des milliers d’élèves de transport lors de la rentrée cet automne.

« Le pire danger » 

Le Dr Arruda s’est montré inquiet lundi du relâchement des consignes sanitaires.

« Nous sommes déconfinés, la situation va beaucoup mieux. Mais je vous dis une chose : le pire danger, c’est qu’on oublie rapidement ce qu’il se passe et qu’on oublie nos mesures de protection », a-t-il déclaré en conférence de presse à Québec. 

Dans une récente sortie médiatique, une trentaine de médecins et d’experts en épidémiologie ont exhorté le gouvernement à exiger le couvre-visage dans les commerces et les transports en commun pour prévenir une seconde vague de coronavirus trop meurtrière.

Une demande pressante qui venait aussi des partis d’opposition à l’Assemblée nationale.

— Avec la collaboration de Daphnée Dion-Viens