/finance/homepage

L’industrie forestière redémarre en lion en Mauricie

Louis Cloutier | TVA Nouvelles

À défaut de pouvoir voyager cet été, tant les Américains que les Québécois font des rénovations chez eux et cette situation fait le bonheur de l’industrie forestière en Mauricie.

La demande de bois d'œuvre est telle que le groupe Rémabec-Arbec projette d'investir et d'accroître la production dans deux de ses scieries en Mauricie.

La compagnie n'a toutefois rien confirmé.

Selon ce que TVA-Trois-Rivières a quand même pu apprendre, l'usine de sciage de Parent qui fonctionnait à 50% de sa capacité depuis un an a repris sa vitesse de croisière ces dernières semaines.

L'entreprise se prépare de plus à y ajouter un quart de travail et à embaucher jusqu'à 25 nouveaux travailleurs.

«C'est sûr qu’il y a toujours eu des employés qui proviennent de l'extérieur pour venir pourvoir les postes ici. Donc probablement que ça va être la même chose qui va se faire. Je sais qu'il y a des démarches en cours pour l'entreprise afin de chercher du personnel», indique le conseiller municipal du secteur de Parent, Éric Chagnon qui a eu vent des intentions de Rémabec-Arbec.

La même entreprise s'apprêterait aussi à investir jusqu'à 17 millions $ à son usine de Saint-Roch-de-Mékinac pour y ajouter une ligne de sciage. Il s'agit toutefois d'un projet qui était dans l'air depuis plusieurs années. La compagnie rendrait sa réalisation conditionnelle au renouvèlement de la convention collective. Une offre dite «globale et finale» a été rejetée par la centaine de travailleurs le 20 juin, mais les négociations vont se poursuivre.

«C'est quelque chose de positif. Ça fait longtemps que les gens attendent un investissement à cette usine», commente Steve Saint-Pierre , conseiller du syndicat Unifor à l'usine.

Un marché de matériaux de construction de Trois-Rivières confirme que la demande pour le bois d'œuvre, particulièrement pour le bois traité, est forte.

«On réussit tout de même à avoir des vans qui rentrent chaque semaine», indique Daniel Vézina de la quincaillerie Canac.

Le Conseil de l'industrie forestière du Québec note qu'en juin le prix du 2 X 4 a connu une hausse de 20% sur les marchés.