/news/coronavirus

Risques faibles de contamination si les touristes respectent les consignes

TVA Nouvelles

L'Institut national de santé publique et des chercheurs de l'Université Laval sont d'avis que si les touristes respectent les consignes, les risques de contamination seront faibles. 

«Nos prédictions les plus robustes ne montrent pas une remontée de l'infection des hospitalisations, au niveau qu'on avait au mois d'avril et mai», explique le Dr Gaston De Serres, épidémiologiste à l’INSPQ. 

Les nouvelles sur la COVID-19 sont plutôt bonnes au Québec. Entre le 1er mai et la mi-juin, les hospitalisations dans le Grand Montréal sont passées de 100 par jour à moins de 20 quotidiennement, alors que les décès ont aussi diminué de 60 à moins de 15 par jour. 

«Il faut savoir qu'au mois de mars, on a eu presque 1300 cas importés par des voyageurs qui revenaient de leur séjour à l'étranger», précise le Dr De Serres. 

Si les Montréalais ont une forte adhésion pour les consignes de santé publique, comme la distanciation de deux mètres, comme l'indique ce graphique, la situation va demeurer stable. 

Mais si cette adhésion est réduite, la moitié des prédictions montre qu'il pourrait y avoir une augmentation des hospitalisations et des décès en juillet, avec une accélération possible au mois d'août. 

Impact des voyages interrégionaux

«Faire du tourisme cet été au Québec, ce n'est pas un problème si les gens respectent bien les mesures de distanciation», assure l’épidémiologiste. 

Si les touristes montréalais par exemple, qui se rendent en Gaspésie, ont une forte adhésion aux mesures, les prédictions sont rassurantes avec peu d'hospitalisations et de décès. 

Mais s'il y a diminution des gestes pour se protéger et protéger les autres, un peu plus de 50% des prédictions indiquent une légère augmentation des hospitalisations et des décès en juillet, avec une accélération en août. 

Ce modèle ne tient pas compte de la réouverture de la frontière avec les États-Unis. 

Même si les probabilités d'une relance de l'épidémie restent faibles pour l'été, il pourrait y avoir des éclosions localisées dans des CHSLD, des hôpitaux, des usines et même dans certaines localités, en raison du tourisme.