/finance/homepage

Cirque du Soleil: les créanciers sont furieux

Jean-François Cloutier | Le Journal de Montréal

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Des créanciers du Cirque du Soleil qui détiennent la majorité de la dette colossale de l’entreprise sont furieux d’avoir été mis de côté par la direction actuelle du Cirque dans son effort de relance.

• À lire aussi: Le Cirque du Soleil se place à l'abri de ses créanciers

• À lire aussi: Guy Laliberté réduit son train de vie

• À lire aussi: Des artisans du Cirque du Soleil n'ont pas été payés depuis janvier

Selon des informations obtenues, ces créanciers ne digèrent pas le processus annoncé hier en vertu duquel les propriétaires actuels du Cirque, le fonds américain TPG, le groupe chinois Fosun et la Caisse de dépôt et placement du Québec seront les premiers à déposer une offre pour l’entreprise. 

Ces créanciers incluent le fonds torontois Catalyst Capital et une douzaine de fonds américains, dont CBAM, une entreprise contrôlée par Todd Boehly, un des propriétaires des Dodgers de Los Angeles.

Le 9 juin, Le Journal avait rapporté que ce groupe de créanciers avait déposé une offre de 1,2 milliard $ US pour le Cirque, sans demander aucun argent public.

Cette offre incluait le maintien du siège social du Cirque à Montréal, le paiement de sommes dues à des travailleurs du Cirque et l’injection de 300 M$ US d’argent frais dans l’entreprise. Environ 900 M$ US de dette du Cirque devaient être convertis en actions.

Qui dit vrai?  

Selon une source proche de ce groupe, les créanciers en ont surtout contre l’affirmation du président-directeur général du Cirque, Daniel Lamarre, selon laquelle aucune offre pour le Cirque n’a encore été déposée.

« C’est très étrange que Daniel Lamarre dise ça. Le Cirque a demandé pour des propositions. Des gens ont fait des propositions. Les créanciers ont fait des propositions. C’était très spécifique », confie une source proche du groupe de créanciers. Selon nos informations, la direction actuelle du Cirque n’aurait fait aucun effort dans les dernières semaines pour négocier. 

Le fondateur du Cirque Guy Laliberté, qui avait aussi manifesté son désir de racheter le Cirque, s’est abstenu hier de tout commentaire. Québecor, qui a aussi manifesté de l’intérêt, n’a pu être joint hier en fin de journée.