/news/coronavirus

Masque obligatoire : une mesure encore trop «timide», selon le Dr Amir Khadir

TVA Nouvelles

Plus de deux semaines après avoir demandé à Québec d’obliger le port du masque dans les lieux publics, le Dr Amir Khadir juge encore trop «timide» l’annonce de mardi du gouvernement, qui ne se limite qu’aux transports en commun.

• À lire aussi: Le masque obligatoire dans les transports en commun dès le 13 juillet

• À lire aussi: Obligation du masque : Montréal aurait dû agir plus tôt

«Je trouve la décision bonne, mais vraiment trop timide», tranche l’infectiologue et microbiologiste.

Le Dr Khadir, comme plusieurs autres experts, observe que le port du masque n’a pas encore été adopté par une majorité de Québécois en dépit de son efficacité démontrée et des efforts du gouvernement pour en recommander l’usage.

D’où l’importance, selon lui, d’imiter ce que les pays asiatiques ont fait en rendant obligatoire le port du masque dans tous les endroits publics pour les enfants de 12 ans et plus.

«On a beaucoup fait mal à notre société en imposant des restrictions beaucoup plus importantes pendant trois mois, avec des conséquences désastreuses sur la santé de bien des gens, sur notre économie, et là on hésite pour une mesure qui est si simple à faire», regrette-t-il.

«Je suis assez troublé de voir cette mollesse, cette difficulté à prendre une résolution et cette incapacité à reconnaître le succès des pays asiatiques», poursuit le microbiologiste.

La Corée du Sud, par exemple, a connu une deuxième vague de la pandémie malgré la mesure, mais le pays est parvenu à rapidement juguler la transmission.

«Nous avons des leçons à tirer et à accepter qui nous sont données par les meilleurs experts asiatiques», dit-il.

Le premier ministre François Legault n’a pas exclu, mardi, la possibilité d’élargir l’obligation de porter le masque aux lieux publics, même s’il est actuellement toujours «fortement recommandé».

Le masque sera obligatoire dans tous les autobus et le métro au Québec à compter du 13 juillet, mais les sociétés de transport devront en interdire l’accès aux contrevenants seulement à compter du 27 juillet. Aucune amende ne sera par ailleurs décernée aux contrevenants.

Dans la même catégorie