/news/coronavirus

Tests de dépistage : il ne devrait pas y avoir de refus, martèle le Dr Arruda

Vincent Larin

Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

Toute personne qui souhaite être testée pour la COVID-19 y a accès, qu’elle présente des symptômes ou non, a martelé le Dr Horacio Arruda, mardi.

Questionné sur les directives présentement en vigueur quant aux tests de dépistages, le directeur national de la santé publique a souhaité dissiper les doutes de la population.

« Il n’y a pas de refus, il ne devrait pas y en avoir, et s’il y en a, il y a un problème, parce qu’on a des centres de dépistage qui, actuellement, n’arrivent même pas à combler leur rendez-vous », a-t-il insisté en point de presse, en compagnie du premier ministre du Québec, François Legault.

Depuis que le Dr Arruda a déclaré que Québec avait pour objectif de mener 14 000 tests de façon quotidienne, cet objectif a été atteint à seulement trois reprises, démontrent les données de l’Institut national de santé publique (INSPQ).

Même qu'à plusieurs occasions, le nombre de tests menés dans la province a été inférieur à 7000, soit moins de la moitié de la cible établie.

J’invite la population à le faire et, comme je le disais, notre premier ministre [François Legault] et mon ministre [de la Santé, Christian Dubé] considèrent que les tests qu’on fait actuellement ne sont pas au niveau où ils devraient être et on travaille actuellement à une nouvelle stratégie de tests », a réitéré le Dr Arruda.

Des tests de dépistage pourraient notamment être menés à la frontière entre le Québec et les États-Unis advenant sa réouverture prévue jusqu’ici pour le 21 juillet prochain, a-t-il mentionné. Cela pourrait également être le cas pour les lieux de socialisation comme les bars, et dans certaines régions du Québec où il aurait d’éventuelles éclosions.

Dans la même catégorie