/news/coronavirus

Les adeptes de moto se multiplient au Québec

TVA Nouvelles

En raison de la pandémie, les demandes de permis de conduire pour motocyclette s’accumulent à la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), où plusieurs milliers d’examens ont dû être suspendus.

• À lire aussi: Série noire d’accidents de moto en deux semaines au Québec

Thierry Croteau, un apprenti motocycliste de Québec, se considère chanceux de pouvoir passer son examen de motocyclette le 28 juillet. Le chemin pour en arriver là n’aura pas été sans embûches.

«Il a fallu que je m'inscrive en Beauce alors que je suis de Québec. Même chose pour Lévis. J'ai regardé plus loin pour Thetford Mines, c'était la même chose» explique le jeune homme à TVA Nouvelles.

Pandémie oblige, la SAAQ a dû composer avec trois mois d'arrêt complet.

«Plusieurs milliers d'examens qui n'avaient pas été faits et les examens pratiques ont repris à partir du 15 juin. On a commencé, évidemment, par appeler les gens qui avaient des retards, ceux qui étaient en avril, mai et juin. Et par la suite, les autres ont pu prendre des rendez-vous en ligne», explique Mario Vaillancourt de la SAAQ, en ajoutant qu’à partir du 30 juin, les gens ont pu s’inscrire pour le mois d’août.

Toujours en raison de la pandémie et des règles sanitaires à respecter, les examens prennent environ un quart d'heure de plus.

Malgré tout, un réel engouement est observé chez l’entreprise Tecnic, qui forme 65% de tous les futurs motocyclistes de la province.

«C'est vraiment marqué. Les jeunes de 35 ans sont toujours là, mais ceux qui restent au Québec et qui décident de prendre le projet de cours moto plutôt que d'aller à l'extérieur sont plus autour de la cinquantaine en montant», explique Mylène Sévigny, directrice générale du Groupe Tecnic.

Du côté de la Société de l’assurance automobile du Québec, on songe même à allonger l’offre d’examens jusqu’à la fin octobre pour permettre à un maximum de personnes de passer leur examen de conduite cette année.