/news/world

Premières arrestations à Hong Kong en vertu de la loi sur la sécurité

Agence France-Presse

Moins de 24 heures après l'entrée en vigueur de la loi sur la sécurité nationale imposée par Pékin à Hong Kong, la police a procédé aux premières arrestations en vertu de ce texte.

• À lire aussi: Hong Kong: la loi controversée sur la sécurité nationale a été adoptée

• À lire aussi: Pompeo menace la Chine de représailles après un «triste jour» pour Hong Kong

• À lire aussi: La Chine prend en main la sécurité nationale à Hong Kong

«Sept personnes ont été arrêtées pour violation présumée de la loi sur la sécurité nationale», a affirmé la police.

Les forces de l'ordre ont procédé au total mercredi à l'arrestation de 180 personnes alors que des milliers de Hongkongais se sont rassemblés pour marquer le 23e anniversaire de la rétrocession de l'ex-colonie britannique à la Chine.

Ce rassemblement avait été interdit il y a quelques jours par les autorités, pour la première fois en 17 ans.

La police a fait usage de canons à eau, de gaz poivré et lacrymogène pour les disperser.

Beaucoup d'entre eux scandaient des slogans en faveur de l'indépendance du territoire.

«Ce que ce régime autoritaire veut faire, c'est terroriser le peuple et l'empêcher de sortir», a affirmé à l'AFP Chris To, un manifestant de 49 ans.

Selon la police, un officier a été poignardé à l'épaule alors qu'il tentait de procéder à une arrestation.

Depuis l'entrée en vigueur de la loi mardi soir, le soutien à l'indépendance de Hong, Taiwain, du Tibet et de la région Xinjiang est devenu illégal.

«La défense de l'indépendance de Hong Kong est contraire à la loi», a indiqué à la presse John Lee, le ministre hongkongais de la Sécurité.

L'opposition hongkongaise redoute que le texte ne porte un coup fatal aux libertés et à l'autonomie dont jouissait le territoire depuis sa rétrocession le 1er juillet 1997 par le Royaume-Uni.

Mercredi matin, au cours de la traditionnelle cérémonie de lever de drapeau qui marque cet anniversaire, la cheffe de l'exécutif hongkongais fidèle à Pékin, Carrie Lam, a salué cette loi qui constitue «l'événement le plus important dans les relations entre le gouvernement central et Hong Kong depuis la rétrocession».

Promulgué par le président chinois Xi Jinping, il permet de réprimer quatre types de crimes contre la sécurité de l'État : subversion, séparatisme, terrorisme et collusion avec des forces extérieures.

La loi prévoit que la justice chinoise soit compétente pour certaines infractions et réserve la prison à vie aux crimes les plus graves contre la sécurité nationale.

«La promulgation de cette loi vise à lutter contre les très rares criminels qui mettent gravement en danger la sécurité nationale, et non l'ensemble de l'opposition», a affirmé mercredi à Pékin le directeur adjoint du Bureau des affaires de Hong Kong et Macao du régime communiste, Zhang Xiaoming.

La veille, dans la foulée de l'adoption de cette loi, le gouvernement chinois se montrait plus comminatoire, affirmant que «pour les membres de la petite minorité qui menace la sécurité nationale, cette loi sera un glaive suspendu au-dessus de leur tête».

De nombreux pays occidentaux, parmi lesquels 27 membres du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, ont condamné ce texte, redoutant qu'il n'entraîne la répression de toute opposition politique.

De leur côté, les États-Unis ont menacé la Chine de représailles, promettant de ne pas «rester les bras croisés».

Mercredi, le Canada a mis en garde ses ressortissants à Hong Kong contre un risque de «détention arbitraire» et d'extradition vers la Chine continentale.

De son côté, Taïwan a annoncé l'ouverture d'un bureau destiné à accueillir les habitants de Hong Kong désireux de s'installer sur l'île.

M. Zhang a qualifié les États qui menacent certains responsables chinois de sanctions, d'avoir une «logique de bandits». Des propos qui visent les États-Unis.

La loi est entrée en vigueur un peu plus d'un an après le début des manifestations monstres dans l'ex-colonie britannique contre l'influence du gouvernement central. Échaudée par ces événements, la Chine aura imposé en quelques semaines seulement cette loi qui contourne le conseil législatif local.

Pour Pékin, il s'agit d'assurer la stabilité, de mettre fin au vandalisme ayant émaillé les manifestations de 2019 dans ce territoire de 7,5 millions d'habitants, ainsi que d'y réprimer le courant militant pour l'indépendance.

«Cela marque la fin de Hong Kong tel que le monde la connaissait», a réagi sur Twitter Joshua Wong, l'une des figures du mouvement pour la démocratie. «La ville se transformera en un #étatdepolicesecrète.»

Conséquence, le parti Demosisto, qu'il a fondé avec d'autres militants en 2014, a annoncé sa dissolution. Cette formation appelait notamment à l'autodétermination et pouvait donc potentiellement tomber sous le coup de la nouvelle loi.

Depuis plus de vingt ans, Hong Kong jouit en effet d'une large autonomie, en vertu du principe «Un pays, deux systèmes», ses habitants bénéficiant de la liberté d'expression, de la liberté de la presse et d'une justice indépendante.

Les gouvernements occidentaux disent s'inquiéter pour le statut international de la ville, l'une des principales places financières mondiales.

Dans la même catégorie