/news/politics

Enseignement supérieur: le PQ veut des garanties

Agence QMI

STOCKQMI-ECOLE

JOEL LEMAY/24H MONTREAL/AGENCE QMI

Inquiété par la possibilité de voir jusqu’à 30% des étudiants collégiaux et universitaires annuler leur prochaine session pour éviter les cours à distance, le député péquiste de Bonaventure, Sylvain Roy, demande à Québec de leur donner rapidement des garanties.

«Bien qu'il ait promis du soutien, le gouvernement caquiste tarde à annoncer ce qu'il entend faire pour l'enseignement supérieur au Québec, a-t-il déploré un communiqué diffusé mardi. Des milliers d'étudiants collégiaux et universitaires se trouvent donc dans une situation financière précaire, et dans le flou quant à la prochaine rentrée scolaire.»

L’élu cite notamment un sondage commandé par l'Association canadienne des professeures et professeurs d'université (l'ACPPU) et la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants (la FCEE) selon lequel 30 % des étudiants réfléchiraient à la possibilité d'annuler leur session, voire d'abandonner leurs études postsecondaires.

La pandémie de COVID-19 frappe durement les établissements postsecondaires forcés de déployer de l’enseignement à distance pour pallier les cours en personnes dans des classes trop nombreuses pour y accueillir tous les élèves en fonction des règles de déconfinement.

Or, ces mesures sont loin d’être appliquées de façon homogène, note Sylvain Roy. «À l'heure actuelle, par exemple, le Cégep de Jonquière compte offrir une majorité de ses cours en présentiel, alors que celui de Saint-Jean-sur-Richelieu mise plutôt sur l'enseignement à distance. La [nouvelle] ministre [de l’Enseignement supérieur, Danielle] McCann doit mettre fin à ce système à géométrie variable», écrit-il.

Selon lui, le gouvernement Legault doit notamment rendre disponibles des sommes pour soutenir chaque étudiant en fonction de leurs besoins afin d’éviter une hausse marquée du taux de décrochage.