/news/law

Les victimes de la pyrrhotite pourraient encore devoir attendre

Amélie St-Yves | TVA Nouvelles

Les assureurs de SNC Lavalin vont demander à la cour d'appel lundi prochain de retarder le paiement de leur part des 210 millions $ dû à 857 ménages victimes de la pyrrhotite.

• À lire aussi: Outrées que SNC-Lavalin ose s’adresser à la Cour suprême

• À lire aussi: La Cour d'appel confirme la victoire des victimes de la pyrrhotite

Les victimes pourraient encore attendre avant d'encaisser leur premier chèque. Au tour des assureurs de SNC Lavalin de demander des délais pour ne pas payer leur dû d'ici le 13 juillet, comme le demande le dernier jugement de la cour d'appel.

«C'est sûr qu'on ne jettera pas la serviette. On va continuer à se battre. Notre objectif est que les victimes soient payées à l'intérieur des délais prévus», a indiqué l'avocat des victimes, Pierre Soucy.

SNC-Lavalin a été trouvé coupable, deux fois plutôt qu'une, de 75% des dommages causés aux maisons des 857 plaignants du premier procès.

Leurs assureurs veulent attendre pour payer, question de savoir si la Cour suprême acceptera d'entendre SNC-Lavalin sur le partage des responsabilités.

Encore en 2020, il y a des gens qui font soulever leur maison pour en réparer les fondations, la pyrrhotite est encore bien présente.

Le chemin de croix des victimes est donc loin d'être terminé. Au moins deux autres mégaprocès doivent se tenir, mais seulement quand le premier sera réglé.

Bertrand Poirier fait justement partie des victimes du 2e procès.

Il a payé sa maison plus de 300 000$. Elle vaut maintenant à peine 76 000$.

«Un moment donné, je vais la vendre, ma maison. Ça fait partie de mes placements pour ma retraite. Là, je ne peux pas la vendre. Tant qu'elle n'est pas réparée, je ne peux pas la vendre», a-t-il mentionné.

Il attendra son dû avant de soulever et réparer sa maison, car il ne veut pas toucher à ses placements.