/news/currentevents

Un athlète de 22 ans arrêté pour infractions d’ordre sexuel sur mineurs

Jérémy Bernier | Le Journal de Québec

Un gymnaste de calibre international de 22 ans, arrêté à Lévis pour des infractions d’ordre sexuel à l’égard de deux mineurs, assure qu’il ne voulait pas faire de mal aux présumées victimes.

Confronté à sa sortie du poste de police de Lévis, il a présenté ses excuses. « J’ai rien fait pour vous faire du mal. Pardon si ça vous a fait du mal », a lancé Thierry Pellerin. Il dit avoir pris conscience qu’il est allé trop loin et regretter sincèrement ce qu’il a fait.

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) avait amorcé l’enquête au début du mois de juin, lorsqu’une situation de leurre d’enfant a été signalée.

Le suspect était souvent en contact avec des sportifs d’âge mineur. Pellerin attirait ses victimes et communiquait avec elles par l’entremise des réseaux sociaux, précise le SPVL.

L’athlète a été appréhendé à sa résidence. Une perquisition a été menée pour analyser du matériel électronique.

De jeunes victimes

Le suspect a comparu vendredi par visioconférence depuis le poste de police de Lévis. Calme en apparence, il s’est présenté masqué devant la caméra.

Pellerin fait face à un total de neuf chefs d’accusation, dont leurre d’une personne de moins de 18 ans, incitation à des contacts sexuels, production de pornographie juvénile et transmission de matériel sexuellement explicite à un mineur. 

Pour le moment, deux victimes étaient âgées respectivement de 10 et 12 ans au moment des faits, qui seraient survenus entre le 1er septembre 2019 et le 9 juin 2020.

Le gymnaste a été libéré après s’être engagé sous signature pour un montant de 1500 $. Il doit cependant rester chez lui et il lui est interdit d’entrer en contact avec les victimes, dont il a mentionné connaître l’identité, ou de faire référence à elles sur les réseaux sociaux.

Il ne peut pas non plus se trouver dans des parcs, écoles, piscines ou garderies, ou occuper un emploi qui le placerait en relation de confiance avec des mineurs. Qui plus est, il lui est interdit d’accéder à internet ou encore d’utiliser un cellulaire, un ordinateur ou tout appareil permettant de prendre des photos. 

Cette dernière condition risque de lui compliquer la vie puisqu’il est propriétaire de sa propre compagnie de photographie, Ablson. Il reviendra en cour le 11 septembre.

Un choc

« Je suis abasourdi », a laissé tomber Michel Lefebvre, directeur général du Club de gymnastique Gymnamic, où Thierry Pellerin pratique sa discipline depuis qu’il a 7 ans.

Pour l’heure, les séances d’entraînement du club sont annulées jusqu’à nouvel ordre, le temps de faire part de la situation aux parents des jeunes gymnastes et de les rassurer. 

« On ne s’attendait pas du tout à cette nouvelle-là. Comme les autres clubs, à cause de la COVID-19, [on était fermé et] on vient de rouvrir. Disons que ce n’est pas tombé au bon moment », déplore-t-il.

À la Fédération de gymnastique du Québec, on soutient qu’il n’y a jamais eu un incident « de cette ampleur » concernant un athlète. Il n’a pas été possible de joindre Gymnastique Canada.

L’entraîneur de Thierry Pellerin, Martin Bordeleau, a publié un bref commentaire. « C’est avec très grand regret et déception que j’ai appris la nouvelle sur internet. Je tiens à saluer le courage des victimes et je suis de tout cœur avec les gars. »

Le club Gymnamic a qualifié les accusations d’« extrêmement graves ». Le club a annoncé la démission de son président Jacques Pellerin et l’interdiction à Thierry Pellerin d’accéder aux installations. 

Les gestionnaires précisent que les antécédents judiciaires de tous les entraîneurs majeurs à l’emploi du club, incluant Thierry Pellerin, avaient été vérifiés.

THIERRY PELLERIN 

  • 22 ans  
  • Lévis 
  • Membre de l’équipe nationale de gymnastique depuis 2016.  
  • Il a remporté la médaille de bronze à la Coupe du monde Challenge de Paris en 2019. 
  • Médaillé d’or aux arçons de la Coupe du monde Challenge de Guimarães en 2018.  
  • Il pourrait avoir fait d’autres victimes. 
  • Il est possible de communiquer avec la police au 418 832-2911.  

— Avec TVA Nouvelles, Kathleen Frenette et Jean-François Racine

Dans la même catégorie