/news/culture

Mehdi Bousaidan retombe sur ses pattes

Catherine Genest | Agence QMI

Dominick Gravel/Agence QMI

L’humoriste et acteur Mehdi Bousaidan offrira son premier spectacle post-confinement devant un parterre d’automobiles. Le Festival au volant, ou FAUV pour les intimes, sera son terrain de jeu ce samedi.

Pour Mehdi Bousaidan, l’invitation du Festival FAUV lui fait l’effet d’un arc-en-ciel qui se matérialise. Après l’orage vient le beau temps.

«Honnêtement, je m’étais fait à l’idée que je n’allais probablement pas jouer avant 2021.»

«Je ne sais pas trop comment la réaction va être. Il va y avoir des trucs du genre ‘’par klaxonnement, est-ce qu’il y a des couples dans le parking?’’ et je veux vraiment m’amuser dans l’animation. Je veux trouver un moyen de générer des interactions avec les voitures.»

Le comique né à Alger n’est pas du genre à faire fi du monde qui l’entoure. En fait, ses blagues s’ancrent précisément dans la démarche inverse. S’il conscientise son public aux enjeux internationaux avec son spectacle «Demain», le matériel qu’il étrennera au Festival FAUV appartient à un hier pas si lointain.

C’était à prévoir : la pandémie de la COVID-19 a déteint sur sa plume.

«Ce serait de passer à côté de quelque chose que de ne pas en parler. Ce serait un peu hypocrite. On relate de l’actualité en tant qu’humoriste.»

«Je pense que les gens veulent aussi décrocher et passer un peu à autre chose... L’important, ça va être de trouver un angle intéressant et nouveau, de ne pas être redondant.»

Faire une différence

Mehdi Bousaidan carbure à la prise de risques. À l’instar d’un Deschamps, sa proposition artistique va au-delà des rires, de la blague facile. Ses lignes à lui sous-tendent un message fort et célèbrent la diversité.

Le mouvement #BlackLivesMatter s’immisce forcément jusque dans ses sketchs du moment. Au Festival FAUV, Mehdi fera allusion à cet autre gros événement qui forge notre été.

«Déjà, dans mes spectacles, j’aime bien faire ressortir les conflits interculturels parce qu’ils existent, malheureusement. C’est important de les souligner.»

«J’ai moins été présent sur les médias sociaux là-dessus parce que je ne voyais pas l’utilité de mettre un carré noir ou un texte et de me l’approprier. J’essaie de poser des gestes plus concrets.»

«Chaque année, je vais à Haïti pour donner des formations d’écriture et d’improvisation à des jeunes. J’en ai fait en Côte d’Ivoire, au Cameroun et au Sénégal. J’en fais aussi auprès des communautés haïtiennes à Montréal Nord, à Cartierville, dans les quartiers défavorisés.»

Qu’importe de la plateforme et de la scène où on l’invite, Mehdi continuera d’aller au front et de s’aventurer dans des zones que d’autres esquivent.

«Je trouve ça vraiment stimulant. Ce sont ces sujets-là qui me drive quand j’écris un numéro. Je me fais un devoir d’en parler dans mes shows. Ça ne devrait pas être des sujets tabous ou mis de côté. Chaque citoyen doit contribuer pour régler ces problèmes-là et moi, ma façon de le faire, c’est avec des blagues.»

Mehdi Bousaidan animera le gala du 4 juillet au Festival FAUV.

Plus de détails via fauv.ca

Comme au ciné-parc

La première édition du Festival FAUV débute ce vendredi 3 juillet et aura lieu dans le stationnement de YUL pendant trois week-ends consécutifs.

L’aéroport Pierre-Elliot-Trudeau se fait le théâtre de cet événement hors de l’ordinaire, spécifiquement pensé pour respecter les règles de distanciation sociale.

Ce sont les gars de Sportera, des promoteurs d’événements sportifs à la base, qui se cachent derrière le masque de FAUV. Leur fait d’armes le plus connu jusqu’ici était MUDGIRL, une course à obstacles mise sur pied à l’intention des dames.

Jean-Sébastien Boudreault organise cette série de spectacles aux côtés des fondateurs de la compagnie, les frères Gary et Kevin Pillu. Avocat de formation, Boudreault a fait ses dents au sein de Fierté MTL pendant de nombreuses années avant de se lancer dans cette folle aventure de festival en mode ciné-parc.

«On veut relancer la culture vivante. Beaucoup de gens sont tombés dans le numérique, dans le streaming. Après une pandémie comme celle-là, on se disait que ce serait vraiment le fun d’avoir un spectacle live et de redonner une scène aux artistes.»

Des galas en anglais et des revues de drag queen s’ajoutent à l’offre réellement florissante du Festival FAUV. Au rayon humour, Les Grandes Crues, Neev, Eddy King, Yannick de Martino, Mario Jean, Cathy Gauthier et Adib Alkhalidey seront également de la partie.

D’autres villes de la Belle Province seront visitées par le Festival FAUV. Drummondville, Saint-Hyacinthe et Québec auront droit à leurs propres éditions au cours de l’été.

«On sera le premier festival d’ici à partir en tournée!», ajoute l’organisateur, fier comme un lion (ou un fauve) et à bon droit.