/news/law

Agressions dans le sport: «ça nous bouleverse à chaque fois»

TVA Nouvelles

L’arrestation et la mise en accusation de Thierry Pellerin, ce jeune athlète de 22 ans de calibre international ébranle toute une communauté, mais fait aussi poser des questions sur la sécurité des jeunes dans leur milieu sportif. 

• À lire aussi: Un athlète de 22 ans arrêté pour infractions d’ordre sexuel sur mineurs

• À lire aussi: «J’ai rien fait pour vous faire du mal», dit le jeune athlète

Salut, Bonjour s’est entretenu avec Sylvain Croteau, directeur général de Sport’Aide, qui fait la promotion d’un environnement sportif sain, sécuritaire et harmonieux. 

Appelé à réagir, il a dit être bouleversé par la nouvelle. 

«Ce sont des événements toujours très tristes. J’ai une pensée directement pour les victimes. Ce n’est jamais plaisant de vivre de telles choses. C’est encore plus difficile de se confier, de demander de l’aide. Les séquelles que ça va laisser, à moyen et long terme. Les gens n’ont pas idée des dommages que ça crée chez nos jeunes. Ça nous bouleverse à chaque fois.» 

Selon ce qu’il constate, plus les présumés agresseurs ou agresseurs ont une bonne réputation, plus il est difficile de dénoncer. 

«Rappelez-vous de l’histoire avec l’entraîneur de ski il y a quelques années... (Bertrand Charest). Ces gens trainent une réputation de gagnant, ils sont synonymes de victoire. Pour les jeunes c’est encore plus difficile», assure-t-il. 

La peur de ne pas être cru habite les victimes d’agressions sexuelles dans une large proportion.

«Imaginez! On met sur la sellette quelqu’un qui a un palmarès qui est très évocateur, qui est synonyme de réussite, de victoire, alors pour les jeunes victimes c’est encore plus difficile.»

L’instigateur de Sport’Aide n’exclut pas que des gens aient pu avoir des doutes, aient pu voir des incidents, sans vraiment comprendre de quoi il s’agissait. 

«Parce que ces individus sont synonymes de réussite, notre focus est parfois déplacé sur l’obsession de la victoire.»

Appel aux parents  

Il lance un appel aux parents, mais aussi à toutes les personnes qui pourraient faire la différence. 

«Quand on a des doutes, il n’y a pas une seconde à perdre. Ce sont nos jeunes, ce sont des enfants. Il y a beaucoup trop d’enfants qui quittent le sport parce qu’ils n’ont pas de bonne expérience. Alors quand on a un doute raisonnable, on doit lever le drapeau et demander de l’aide», insiste-t-il. 

L’instigateur de Sport’Aide invite entre autres les parents à être présents dans la vie sportive de leurs jeunes. Être sur place le plus possible lors des entraînements, ne pas se gêner pour poser des questions, s’informer sur le passé des individus. 

«Je ne veux pas porter de jugement, mais combien de fois il nous arrive de voir des parents de jeunes enfants le samedi matin, laisser leurs enfants quitter faire les emplettes. Je comprends qu’on a un horaire chargé, qu’on veut sauver du temps, mais : qui sont les gens à qui l’on confie nos enfants? On a la responsabilité d’être présent», conclut-il. 

Plusieurs ressources existent dans le milieu sportif:

Sport bien être : https://sportbienetre.ca/

Sport'Aide https://sportaide.ca/

Dans la même catégorie