/regional/montreal/laurentides

Hôpital de Saint-Jérôme: un exemple que le virus est «toujours présent et actif»

TVA Nouvelles

Une semaine après avoir autorisé une certaine reprise des visites régulières à l'hôpital de Saint-Jérôme, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides a suspendu à nouveau les visites.

Le nombre de cas de contamination est en recrudescence parmi les patients et le personnel, après une légère accalmie.

• À lire aussi: Éclosion à l’hôpital de Saint-Jérôme: «il n’y a zéro surprise là-dedans»

• À lire aussi: 68 cas confirmés depuis le début juin à l'hôpital de Saint-Jérôme

«C'est un phénomène qu'on est en train de comprendre et qu'on met plusieurs éléments en œuvre pour reprendre le contrôle sur cette situation», a expliqué Sylvain Pomerleau, directeur général adjoint au CISSS des Laurentides.

68 patients de quatre différentes unités et une trentaine d'employés de l'hôpital ont été infectés depuis le début du mois de juin. Le CISSS admet être préoccupé par cette hausse soudaine.

«On sait que le virus est toujours présent dans la population, là. Le relâchement des mesures amène une facilité probablement de la propagation», a soutenu M. Pomerleau.

Le Syndicat des professionnelles en soins demande à ce que tous les employés soient dépistés.

«Là, le rebond est d'autant plus augmenté», a déclaré Julie Daignault du Syndicat des professionnelles en soins des Laurentides en entrevue avec TVA Nouvelles.

«Évidemment, on voudrait que ça soit un dépistage massif, là, que toutes nos membres aient la sécurité, autant pour elles, pour leur famille propre, pour leur entourage et pour les patients qu'elles vont soigner ici à l'hôpital», a ajouté Mme Daignault. 

Selon le CISSS des Laurentides, l’annonce du dépistage massif est imminente.

«C'est plus qu'une possibilité. Il y a des équipes qui sont actuellement à pied d'œuvre pour organiser un dépistage massif. Et on devrait être en mesure d'annoncer à notre personnel rapidement, en début de semaine, les moments ou ce dépistage va avoir lieu», a assuré le directeur général adjoint au CISSS des Laurentides.

Une infirmière, rencontrée samedi par TVA Nouvelles, avait d'ailleurs un message à lancer à sa sortie de l'hôpital.

«J'ai l'impression que, quand je vais dans les centres d'achat ou quoi que ce soit, les gens ont oublié que la COVID-19 existe et ne prennent plus les précautions. L'hygiène des mains, c'est encore super important; le port du masque, c'est encore super important; et la distanciation sociale, c'est encore extrêmement important», a plaidé l’infirmière Pénélope Cyr.  

Les visites sont donc suspendues jusqu'à nouvel ordre, à quelques exceptions près, notamment à l'unité de pédiatrie et de soins palliatifs.

«Avec l'éclosion à Saint-Jérôme, on en a un exemple qui est triste, mais on en a un exemple que le virus est toujours présent et actif», a poursuivi M. Pomerleau.

Une rencontre doit avoir lieu dans les prochains jours entre le syndicat et l'employeur.