/regional/montreal/montreal

Les Montréalais fuient la ville

=

Clara Loiseau | Le Journal de Montréal

Pour favoriser la distanciation, la plage de Verdun, à Montréal, limite le nombre de baigneurs à 80 personnes à la fois.

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Pour favoriser la distanciation, la plage de Verdun, à Montréal, limite le nombre de baigneurs à 80 personnes à la fois.

Alors que le mercure a atteint plus de 30 degrés Celsius samedi, les Montréalais étaient presque introuvables dans les parcs, sur les plages et sur les rives de la métropole.

Les parcs La Fontaine, Jarry et le parc du Quai-de-la-Tortue, en bordure du fleuve Saint-Laurent, étaient presque tous déserts samedi, a pu constater Le Journal.

Contrairement aux premières journées estivales, où les espaces verts avaient été pris d’assaut, la distanciation sociale de deux mètres était facilement praticable.

Quelques familles se réunissaient autour des différents jeux d’eau, pendant que certains profitaient du beau temps pour bronzer au soleil ou faire un pique-nique sous un arbre.

Places limitées

À la plage de Verdun, des clôtures ont été installées pour limiter le nombre de visiteurs sur le site. Seules 80 personnes peuvent dorénavant profiter de la baignade et une équipe s’occupe de faire une rotation de la clientèle chaque heure.

Étant donné que de nombreuses plages sont encore fermées au public, comme celle du parc Jean-Drapeau ou de Longueuil, sur l’île Charron, les Montréalais semblent avoir fui vers d’autres zones rafraîchissantes.

Vacances

Nadine St-Amant, copropriétaire du Super Aqua Club de Pointe-Calumet, sur la Rive-Nord, estime avoir reçu près de 1800 amateurs de glissades pour la seule journée de samedi.

« On n’était pas complet, mais on a eu plus de monde que dans les derniers jours. Habituellement, on a beaucoup de gens en journée et c’est assez stable, mais là, on a vu des gens arriver continuellement sûrement parce qu’ils avaient trop chaud », explique Mme St-Amant.

De son côté, Pierre Shapiro, chroniqueur circulation à Radio Circulation, a remarqué que beaucoup de gens se sont dirigés vers la plage d’Oka, dans les Basses-Laurentides, car la circulation y était « très compliquée ».

Selon lui, les nombreux départs en vacances de résidents de la métropole seraient surtout responsables de cette baisse de fréquentation apparente des parcs montréalais.

« L’autoroute des Laurentides était très congestionnée. Il y a eu beaucoup de monde [en direction nord] tout au long de la journée », décrit-il.