/finance/homepage

Mandat de grève des ingénieurs et scientifiques de MDA

Agence QMI

Photo AGENCE QMI, MARIO BEAUREGARD

Les ingénieurs et scientifiques de MDA ont voté un mandat de grève pour dénoncer les «pratiques arbitraires et abusives» de l'entreprise. 

«Devant le refus de l'employeur de cesser ses pratiques arbitraires et abusives, les ingénieurs et scientifiques québécois de MDA, chef de file en radar et en systèmes de communication spatiaux, ont voté un mandat de grève à 87%», a indiqué samedi l’Association des ingénieurs et scientifiques des systèmes spatiaux (AISSS), par communiqué.

Le syndicat indépendant reproche à l’employeur son refus de s’attaquer aux enjeux de précarité et de perte d’expertise, tout en se bornant à proposer «des changements cosmétiques et superficiels à la convention collective».

«MDA refuse de tenir compte de l'expertise et de la spécialisation développées au fil du temps, de l'ancienneté ou du dévouement de ses employés lorsque des réductions d'effectifs sont nécessaires», a déploré l’Association.

Ces pratiques de l'employeur amènent une perte d'expertise et de qualité pour l'ensemble du secteur aérospatial canadien, selon le syndicat qui dénonce des mises à pied «arbitraires».

«Nous demandons à MDA de mettre fin à ses pratiques arbitraires et abusives qui durent depuis plusieurs années. Nous voulons négocier avec l'employeur, mais il faut qu'il accepte de discuter de sécurité d'emploi», a soutenu Alexandre Grenier, négociateur de l'AISSS.

Le recours souhaité de l’employeur aux agences de placement n’est pas vu d’un bon œil par les ingénieurs qui y voient une volonté de précariser davantage les spécialisations au sein de l’entreprise.

Sans convention de travail depuis avril 2019, les ingénieurs et scientifiques québécois de MDA ont contribué aux succès canadiens dans l'espace, notamment RADARSAT, le bras canadien, ou la Station spatiale internationale, a rappelé l’AISSS.