/news/currentevents

Manifestation devant Sanimax : «Assez c’est assez, ça pue»

TVA Nouvelles

Plus d’une centaine de citoyens ont manifesté, samedi matin, devant l’usine Sanimax, dans l’arrondissement montréalais de Rivière-des-Prairies, pour exiger son déménagement.

 
• À lire aussi: Enfermés à cause des odeurs nauséabondes d’une usine 

«Assez c’est assez, ça pue!», pouvait-on lire sur des pancartes des manifestants exaspérés. «On ne sera plus des otages de Sanimax», a lancé un des organisateurs de la manifestation. 

C’est à cause des odeurs de putréfaction qui émanent de l’usine Sanimax que les citoyens de Rivière-des-Prairies veulent que l’usine quitte l’arrondissement.

«Après un long confinement à la maison, nous devrions avoir le même droit de profiter du beau temps que le reste du monde. Mais nous avons un autre ''virus'' qui existe depuis longtemps et qui nous oblige à rester en confinement», a indiqué le comité Sanimax SOS, un groupe réunissant plusieurs centaines de citoyens du quartier, dans un communiqué.

Chaque été, lorsque les températures augmentent, une odeur de «carcasses abandonnées au soleil pendant des jours», se répand dans le quartier, selon les citoyens.

«Nous avons acheté une maison et nous payons des taxes comme tout le monde et nous devons avoir les mêmes droits que ça soit sur notre propriété que dans notre voisinage. Le droit de respirer de l'air pur sans se sentir mal, avoir le gout de vomir, avoir des maux de tête, avoir un réflexe laryngé et même des douleurs thoraciques est ABSOLU», a ajouté le comité Sanimax SOS.

«Trop de fausses promesses, Sanimax doit partir. C’est assez!», avait écrit un autre citoyen sur une pancarte lors de la manifestation.

Selon le comité Sanimax SOS, ce sont près de 300 personnes qui étaient présentes à la manifestation.

«Si vous voulez du changement, vous devez faire partie du changement. Ensemble, nous pouvons et nous allons faire changer les choses au profit de toute notre communauté», a écrit le regroupement de citoyens sur sa page Facebook.

«Notre demande est assez simple : que les trois paliers de gouvernement aient un plan d'action mis en place d'ici décembre pour la relocalisation de cette entreprise privée. Et c'est déjà arrivé, donc ça peut arriver à Rivière-des-Prairies. Trop c'est trop», a conclu le comité Sanimax SOS. 

L’usine Sanimax est spécialisée dans la récupération d’animaux de ferme morts, d’huile de cuisson usée ou de peaux et de matières organiques. 

Sanimax prend les choses au sérieux

De son côté, l'entreprise a affirmé dans un communiqué «prendre les devants pour répondre aux préoccupations des citoyens de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles».

«Sanimax déploie depuis plus d’un an des mesures concrètes concernent le transport de la matière organique et répondent à des besoins directs exprimés par les citoyens et les élus», indique Vincent Brossard, vice-président des opérations chez Sanimax.

Exacerbées par la chaleur de l'été, les odeurs qui importunent les citoyens ont poussé l'entreprise a adapté ses opérations et sa logistique pour accomoder le passage des camions-remorques par une rue plus éloignée, visant à limiter les impacts sur la communauté.

«Parmi les mesures mises en place, notons par exemple un renforcement du programme de formation de la sensibilisation des chauffeurs transportant la matière organique la mise en place de systèmes de suivis de la conduite», peut-on lire dans le communiqué. 

«Nous croyons fermement que les mesures déployées montrent une réelle volonté de changement et s’inscrivent dans une nouvelle vision d’entreprise, de nouvelles valeurs d’ouverture et de transparence et un leadership renouvelé», a fait savoir Vincent Brossard samedi.