/news/politics

Les conservateurs demandent des finances plus transparentes

Marc-Antoine Malo | Agence QMI

En attendant la présentation économique du gouvernement Trudeau de mercredi, les représentants du Parti conservateur ont exhorté le fédéral à être plus transparent en matière de finances, surtout du côté de la dette et du déficit. 

Lors d’une conférence de presse, le porte-parole conservateur pour les Finances Pierre Poilièvre a déclaré que les libéraux avaient «perdu le contrôle de nos finances» pendant la pandémie et même avant.

Selon M. Poilièvre, la dette se situe présentement aux alentours d’un billion $ et le déficit à 250 milliards $. «C’est clair que le gouvernement a dépensé trop, emprunté trop...», a-t-il mentionné, dimanche.

Par rapport à la taille de son économie, le Canada demeure toutefois l’un des pays les moins endettés des pays industrialisés. Le déficit a gonflé cette année avec les aides fournies aux particuliers et aux entreprises en raison de la COVID-19. Le ralentissement économique a aussi réduit les revenus engrangés par le fédéral.

En outre, le député Poilièvre croit que M. Trudeau devra donner des chiffres précis lors de sa présentation économique et surtout, justifier la qualité de ses dépenses.

Lors des derniers jours, le premier ministre a dû se rétracter après avoir offert 900 millions $ à l’organisme UNIS pour la gestion du programme de Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant. Les conservateurs ont été bien fiers d’avoir exposé les liens entre le groupe et la famille de Justin Trudeau, mais ils craignent d’autres scandales du genre dans le futur.

Aider les gens à retourner au travail

M. Poilièvre et son collègue responsable des PME, James Cumming, ont mentionné dimanche que le gouvernement fédéral punissait les gens qui tentaient de retourner au travail.

S’ils sont d’avis que la Prestation canadienne d’urgence (PCU) a été un bon coup, les députés croient que cette mesure ralentit le retour au travail puisque les prestataires se la font retirer dès qu’ils gagnent plus de 1000 $ par mois.

«Les conservateurs pensent que la rémunération devrait être un incitatif au travail et non le contraire. C’est pourquoi nous proposons la Prime de retour au travail, un supplément à la PCU, qui sera progressivement éliminé, pour les travailleurs qui gagnent de 1000 $ à 5000 $ par mois alors que les entreprises rouvrent», ont révélé les représentants de l’opposition par communiqué.

«Selon notre plan, les Canadiens qui ont perdu leur emploi pour des raisons indépendantes de leur volonté pendant la pandémie et qui touchent actuellement la PCU continueront à recevoir le plein montant de 2000 $», ont-ils précisé.

Le gouvernement Trudeau a insisté pour dire que l’exercice de mercredi consiste à donner un portrait de l’économie et des finances publiques et non de faire une mise à jour économique avec des prévisions de dépenses précises. Le gouvernement estime qu’en raison de la COVID-19, il est impossible de faire des prévisions trop pointues parce qu’il s’agit d’une crise jamais vue auparavant dont la trajectoire est difficile à prédire.