/news/coronavirus

Appréhension quant aux stages des préposés

TVA Nouvelles

Les préposés qu'on forme en accéléré commenceront bientôt leur formation pratique dans les établissements. Même s’ils sont attendus depuis longtemps, il règne une certaine appréhension quant à l’encadrement. 

Trois semaines après le début de leur formation accélérée, les nouveaux préposés aux bénéficiaires vont bientôt entreprendre leur stage en milieu de travail. Dès la semaine prochaine, ils seront jumelés aux préposés d'expérience sur les étages des CHSLD.

«En ce moment, on est de retour à l'enfer qu'on vivait avant la COVID. Des quarts de travail en manque d'effectifs, des TSO à moins cinq, moins six, moins sept préposés aux bénéficiaires. Je ne sais où ils pensent qu'on aura le temps de former cette relève-là», s’interroge une préposée qui requiert l’anonymat. 

La CSN, qui représente 35 000 préposés aux bénéficiaires en province, déplore que ces stages ne soient pas suffisamment encadrés.

«Nous, on a des indications que la formation jusqu’à date était centrée beaucoup sur la COVID, ce qui est tout à fait correct, mais c'est beaucoup plus que ça, le travail d'un préposé aux bénéficiaires», explique Jeff Begley, président de la FSSS-CSN.

Le syndicat ne comprend pas pourquoi les préposés en poste ne pourront pas refuser de former les nouveaux venus.

«Un préposé, ce n'est pas un enseignant, donc il y a des préposés qui aiment leur travail, mais qui sont mal à l'aise à encadrer des nouveaux, parce que ce n'est pas leur force», ajoute M. Begley.

Quant à la compensation qui sera versés aux préposés qui accompagnent les stagiaires, elle n'est que de cinq dollars par quart de travail. Le syndicat propose plutôt un pourcentage. 

«Ce n'est pas une question d'argent, parce que ce n'est pas avec cinq dollars de plus par quart de travail qu'on va former la relève, c'est avec du temps et du temps, on n'en a pas. On n'en a déjà pas pour nos résidents, on n'en aura pas plus pour former les préposés. Si on était libérés de nos tâches, je ne dis pas...», affirme la préposée. 

En fait, la CSN déplore que c'est par décret ministériel que le gouvernement dicte la façon de procéder pour ces stages. Le syndicat invite plutôt au dialogue pour faire en sorte que ça de déroule bien.