/sports/homepage

LNH: vers un retour au jeu le 1er août

Jonathan Bernier | Le Journal de Montréal

Canadiens c. Maple Leafs

Photo d'archives

Vous vous ennuyez du hockey? Vous avez hâte de savoir si le Canadien sera toujours admissible à la loterie Lafrenière après la ronde de qualification? Réjouissez-vous, l’attente s’achève.

Le tournoi qui devrait couronner les champions de la Coupe Stanley quelque part dans la première semaine d’octobre se mettra en branle le 1er août. C’est à ce moment que le Canadien croisera le fer avec les Penguins de Pittsburgh, dans une série 3 de 5.

Dans un document de 47 pages, dont certaines bribes avaient coulé au cours du week-end, la LNH et l’Association des joueurs ont couché sur papier les modalités du protocole de retour au jeu englobant les phases 3 (camp d’entraînement) et 4 (retour au jeu).

Les camps dans six jours

Le document prévoit ainsi que les camps d’entraînement s’amorceront le 13 juillet. Deux semaines plus tard, le 26 juillet, les 24 équipes qui prendront part au tournoi emménageront dans l’une des deux villes hôtesses, qui leur sera assignée. On parle d’Edmonton et de Toronto.

Ne reste plus qu’à obtenir l’approbation des membres des deux parties, ce qui ne serait qu’une formalité, selon les sources consultées par Le Journal, et souhaiter que la pandémie soit toujours sous contrôle au moment d’amorcer les hostilités.

D’ailleurs, probablement dans le but de se protéger juridiquement, la LNH n’obligera aucun joueur à revenir au jeu. Toutefois, pour éviter d’être pénalisés, ceux qui choisiront de faire l’impasse sur le tournoi devront en informer la ligue par écrit dans les 72 heures suivant la ratification de l’entente.

Suivi serré

Une multitude de mesures rigoureuses seront alors mises en place pour limiter au maximum les risques de transmission de la COVID-19.

D’abord, les équipes seront hébergées dans ce que la LNH appelle les zones sécurisées de la phase 4. Hôtels, restaurants, complexes d’entraînement et arénas où se tiendront les matchs composeront ces zones.

Chaque équipe pourra se déplacer avec un contingent maximal de 52 personnes, incluant 31 joueurs et trois entraîneurs. La liste devra être remise aux autorités de la LNH le 13 juillet.

Une fois sur place, tout ce beau monde devra quotidiennement se soumettre à un test de dépistage de la COVID-19, de même qu’à une prise de température et la vérification de symptômes. Il devra également utiliser strictement les moyens de transport mis à sa disposition par la LNH.

Il sera possible pour un joueur de quitter la zone sécurisée pour des événements familiaux d’envergure tels une naissance, un mariage ou un décès. Toutefois, à son retour dans la zone, il devra se placer en quarantaine dans sa chambre d’hôtel tant qu’il n’aura pas présenté des tests négatifs de dépistage pendant quatre jours consécutifs.

Chaque équipe sera suivie par un officier dont le mandat sera de s’assurer que toutes les mesures de sécurité et d’hygiène seront quotidiennement respectées à la lettre.

Un refus de se plier aux règles pourrait entraîner des conséquences allant d’une amende à la perte de choix au repêchage.

Des mesures sanitaires strictes

Tests positifs

À tout moment au cours de la compétition, la LNH ou l’AJLNH pourra décider d’arrêter, de reporter ou d’annuler un match. Il en va de même pour le tournoi si l’une ou l’autre des parties juge que la santé des joueurs est en danger. Toutefois, le document ne précise pas le nombre de cas positifs qui servira de balise.

-Une personne déclarée positive à la COVID-19 sera immédiatement placée en isolement

-Elle ne pourra sortir de cet isolement avant de présenter deux tests négatifs

-Un cas positif qui ne présente pas de symptôme pourra retrouver son équipe après deux tests négatifs reçus en 48 heures ou à la suite d’une période d’isolement de 10 jours

-Un cas positif présentant des symptômes pourra rejoindre son équipe après avoir démontré l’absence de symptôme pendant 72 heures au terme d’un isolement de 10 jours

Port du masque

Comme le veut la norme un peu partout sur la planète, les joueurs et le personnel devront respecter, autant que faire se peut, une distanciation de deux mètres. Dans le cas contraire, le port du masque sera obligatoire, à quelques exceptions près :

-Lorsqu’un joueur est sur la glace ou en salle d’entraînement

-Les entraîneurs ne seront pas tenus d’en porter derrière le banc

-Les officiels ne seront pas tenus d’en porter sur la glace

-Les descripteurs ne seront pas tenus d’en porter lorsqu’ils seront en ondes

Occupation simple

-À l’hôtel, chaque joueur occupera sa propre chambre

-Il n’y aura qu’une seule équipe par étage

-La conjointe et les enfants d’un joueur pourront lui rendre visite et même séjourner avec lui à compter des finales d’association. D’abord, ils devront s’être pliés aux différents tests et protocoles de quarantaine en vigueur. Ils seront ensuite assujettis aux mêmes règles que les joueurs

Options repas

Bien que les allées et venues des joueurs et des membres du personnel des équipes seront limitées, la LNH s’assurera que les options de repas soient variées. Ainsi, il leur sera possible d’avoir accès :

-Aux restaurants et bars de l’hôtel

-Aux repas servis dans la salle de conférence attitrée à l’équipe

-Aux services aux chambres

-Au service de livraison des restaurants de la ville