/regional/troisrivieres/mauricie

Le site de l'ancienne usine Belgo devra être décontaminé avant la démolition

Le précaire mur de l'ancienne usine de papier Belgo que longe la route 153 à Shawinigan n'est pas près d'être démoli.

Des représentants de Transports Québec qui ont visité le vieux bâtiment ont eu une bien mauvaise surprise en y trouvant des matériaux contaminés.

«On a découvert que la peinture [des surfaces intérieures] est au plomb. C'est une vieille structure. Il y a des barils d'huile qui sont encore là. Donc, au point de vue environnemental, on ne peut pas faire seulement une démolition. Il doit y avoir une caractérisation», a résumé la députée de Laviolette–Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif.

On a aussi confirmé la présence de caves sur la structure desquelles repose la route. C'est sans parler de la rivière Shawinigan qui coule directement sous le bâtiment.

D'ici à ce que les lieux soient assainis, le MTQ demandera à une firme de professionnels de lui suggérer des gestes à poser pour contenir la dégradation du mur. «La firme professionnelle à qui sera octroyé le mandat aura pour objectif de préciser les interventions nécessaires pour sécuriser à court et à moyen terme la route 153», a indiqué Roxanne Pellerin, porte-parole de Transports Québec.

Le report de la démolition du mur n'est pas du tout ce à quoi s'attendait la ville de Shawinigan. «C'est une période qui dure depuis 12 ans maintenant et j'imagine qu'on ne verra pas le jour de cette démolition avant l'année prochaine au moins», a déploré le maire Michel Angers.

L'usine Belgo avait définitivement cessé ses opérations en 2008. Des débris se sont récemment détachés du mur pour atterrir sur des voitures en mouvement, sans qu'heureusement il n'y ait de blessé.