/finance/homepage

Ouvrir un restaurant en temps de pandémie

Diane Tremblay | Journal de Québec

Les propriétaires des restaurants Sapristi et Les Trois Garçons inaugurent un nouveau bistro ayant nécessité un investissement de 1,2 million de dollars, malgré la pandémie. Le Alphonse — Cuisine & Cocktail, à deux pas de l’hôtel de ville, redonne vie au bâtiment autrefois habité par Desjardins.

Le projet était dans le collimateur bien avant la Covid, indique Jean-Philippe Letellier, copropriétaire, qui reconnait que la situation n’est pas idéale, mais qu’il est préférable d’aller de l’avant.

«Ça fait plus d’un an qu’on travaille sur le projet. La réalisation s’est intensifiée au courant de l’automne dernier. Les travaux étaient déjà bien amorcés lorsque la COVID est arrivée. On était trop loin dans le processus pour faire demi-tour. Sans COVID, on ouvrait début avril. On a décidé de foncer quand même parce qu’on ne pouvait pas faire marche arrière», a confié M. Letellier qui est très fier du résultat. 

Les propriétaires Jean-Philippe Letellier, Julien Hamel et Marc Babin, peuvent sûrement compter sur la bonne étoile d’Alphonse Desjardins.

Situé à l’angle des rues Sainte-Anne et des Jardins, ce nouveau bistro, qui ouvrira ses portes mardi, le 7 juillet, au grand public, est situé dans le bâtiment historique où logeait la caisse Desjardins depuis 1948. 

On y propose une expérience culinaire midi et soir différente des deux autres enseignes à des prix allant de 18 $ à 32 $. Le restaurant de 62 places intérieures comptera également une terrasse extérieure de 30 places sur la rue la portion de la rue Ste-Anne qui est piétonne à l’année, ainsi qu’une cour intérieure d’une douzaine de places. 

«On prend toutes les mesures nécessaires pour respecter les normes de distanciation. Ce n’est pas une situation idéale, mais on vit avec ça et on s’adapte», a ajouté M. Letellier.

Le projet a nécessité des investissements de plus de 1,2 million $. Selon M. Letellier, plusieurs meubles antiques ont été restaurés et plusieurs objets provenant du patrimoine de la caisse ont été intégérés dans l’aménagement du restaurant dont le coffre-fort.

Derrière le bar, on retrouve un mur cuivré nappé de pièces de 1 cent.

«Il y a pour près de 80 $ en 1 cent», souligne M. Letellier.

Les grandes fenêtres illuminent l’espace couvert d’un plancher de céramique noir et blanc. 

Marc Babin, chef exécutif et copropriétaire des restaurants du groupe, signe un menu gourmand articulé autour des produits du terroir québécois. Pâtes, poissons, salades, viandes, plats végétariens et végétaliens figurent à l’ardoise de l’établissement.