/news/society

Des parents d'enfants handicapés inquiets du relâchement

TVA Nouvelles

Le confinement a été particulièrement exigeant pour les enfants handicapés, leurs parents et tous ceux qui en prennent soin. Ils ne veulent pour rien au monde revenir en arrière. 

Les parents d’enfants handicapés s’inquiètent de ceux qui ne respectent pas les consignes de santé pendant le déconfinement. 

«Je trouve ça lamentable, vraiment, parce que dans notre société, on n'a pas juste des droits, on a des devoirs et je pense qu'on a tous des devoirs, peu importe notre âge», explique Diane Chênevert, fondatrice et directrice du Centre Philou. 

Selon elle, les contrevenants risquent de propager le coronavirus chez les plus vulnérables de la société, comme son fils Philippe, qui a 20 ans, mais l'âge mental d'un enfant de 2 ans.

«Tous les enfants polyhandicapés ont des problèmes pulmonaires, ont des problèmes extrêmes dans tous les sens. Ils peuvent avoir des problèmes sanguins», ajoute Mme Chênevert. 

Le Centre Philou a été fermé pendant les quatre derniers mois. Les éducatrices ont fait parvenir des messages aux jeunes, mais n'ont pas pu faire plus. Le centre offre à nouveau du répit, depuis le 23 juin.

«Les enfants arrivent tous les mardis, quittent les dimanches et c'est un forfait tout inclus, tout compris et ce sont des petites suites. Chaque chambre est associée à un appartement», de dire la directrice.

Chaque enfant demeure constamment avec la même éducatrice. On en accueillera moins, 100 au lieu de 185, pour éviter toute contagion.

«Chaque éducateur peut toucher les enfants puisqu'ils sont avec eux pendant 5 jours de temps, donc il y a une certaine belle proximité. En fait, nous sommes passés de, si on veut, d'une grande socialisation à une grande amitié», conclut Mme Chênevert.

La pandémie a donné un dur coup au Centre Philou, qui fonctionne avec un budget annuel de 1,8 million de dollars, dont 68% proviennent de dons publics.

Et il faudrait 350 000 dollars additionnels pour finalement créer un centre de répit pour les 21 à 29 ans.