/news/coronavirus

La québécoise Medicago fait équipe avec GSK

Agence QMI

Medicago

Le Journal de Québec

La compagnie biomédicale Medicago de Québec s’associe avec le géant pharmaceutique GSK pour le développement d’un vaccin contre la COVID-19 qui pourrait arriver sur le marché dès l’an prochain.

La première phase des essais cliniques de ce virus candidat devrait débuter à partir de la mi-juillet. Si les tests sont concluants et que les règlementations le permettent, le vaccin pourrait être offert à la population à partir du premier trimestre de l’année prochaine, ont fait savoir les deux entreprises dans un communiqué conjoint mardi.

Les deux compagnies combineront les recherches prometteuses sur le virus qu’elles ont fait chacun de leur côté jusqu’à présent.

Medicago a développé un vaccin candidat qui imite la structure du virus de façon à ce que le système immunitaire le reconnaisse. L’ajout de l’adjuvant conçu par GSK pourrait permettre à ce vaccin d’amplifier la réaction immunitaire tout en requérant moins d’antigène pour chaque dose.

«Cette collaboration avec GSK nous donne accès non seulement à un adjuvant éprouvé qui pourrait augmenter l'efficacité de notre vaccin candidat, mais aussi à une vaste expérience scientifique pour appuyer nos efforts de développement», a déclaré le Dr Bruce Clark, président et chef de la direction de Medicago.

Car Medicago prévoit poursuivre sa collaboration avec la multinationale britannique après le pic de la pandémie, si la COVID-19 continue de se propager.

Une usine de grande échelle en construction à Québec permettrait de produire un milliard de doses de vaccin par an à compter de 2023.

«La demande de licence est en cours d'examen par les autorités réglementaires canadiennes», a-t-on précisé.

Pour l’heure, Medicago et GSK s’estiment capables de livrer 100 millions de vaccins pour la fin de 2021, si les essais cliniques s’avèrent concluants.

«Nous avons la ferme conviction que plusieurs vaccins seront nécessaires, y compris des vaccins à usage post pandémique. Cette technologie fondée sur des plantes recèle des promesses qui vont plus loin que la COVID-19 et pourrait aider à prévenir d'autres maladies infectieuses», a fait savoir le Dr Thomas Breuer, chef de la direction médicale de GSK Vaccins.

Dans la même catégorie