/finance/homepage

Air Transat veut utiliser un carburant moins polluant

Agence QMI

STEVE MADDEN/AGENCE QMI

Le transporteur aérien Air Transat s’est associé avec le consortium SAF+ pour avoir recours à un carburant d'aviation beaucoup moins polluant. 

Les deux entreprises ont affirmé mercredi par communiqué que c’est la première fois qu’une «compagnie aérienne commerciale canadienne a accepté de travailler main dans la main avec un développeur de carburant propre pour réduire son empreinte environnementale».

En vertu de cet accord, Air Transat s'est engagée à acheter une partie de la future production de carburant d'aviation durable de SAF+.

Le Consortium SAF+ est sur le point de terminer une usine pilote dans l'est de Montréal pour produire du kérosène à partir de dioxyde de carbone (CO2). Cette production consiste à capturer le CO2 produit par les grands émetteurs industriels et à le convertir en carburant synthétique pour les avions d'affaires. Ces entreprises soutiennent que ce kérosène aurait une empreinte carbone 80 % inférieure à celle du kérosène classique.

«Non seulement vous réduisez votre empreinte, mais vous obtenez également une réduction substantielle des GES, ce qui aide le Québec et le Canada à atteindre leurs objectifs en matière de changement climatique», a précisé Keith Lawless, directeur principal, Environnement, SEQE et projets stratégiques chez Air Transat.

SAF+ Consortium estime que la demande pour ce type de kérosène va doubler annuellement durant les 30 prochaines années.

Dans la même catégorie