/news/culture

Affaire Adamus: le patron de Dare To Care quitte son poste

Cédric Bélanger | Journal de Montréal

Photo d'archives, Agence QMI, Dario Ayala

Dans la tourmente à la suite des allégations d’inconduite sexuelle concernant Bernard Adamus, le président de la maison de disques Dare To Care vient d’annoncer qu’il quitte ses fonctions.

• À lire aussi: Dénoncé sur Instagram, Bernard Adamus est largué par sa maison de disque

• À lire aussi: Bernard Adamus fait son mea culpa: «Le sexe et l’alcool se sont trop souvent mal mélangés»

Dans un message qu’il a notamment publié sur sa page Facebook, Eli Bissonnette a reconnu qu’il aurait dû mettre fin plus tôt à son association d’affaires avec Bernard Adamus, qu’il était au courant des rumeurs au sujet du chanteur et que ses propres agissements, remarques, relations en tant que figure d’autorité «n’étaient pas forcément d’égal à égal».

Il a cependant nié fermement avoir payé des victimes pour qu’elles gardent le silence, comme le soutiennent des personnes qui ont commenté les révélations au sujet de Bernard Adamus sur les réseaux sociaux.

«Est-ce que j’étais au courant des rumeurs le concernant? Oui. Est-ce que j’ai déjà essayé de creuser pour comprendre à quoi on faisait face? Oui, mais pas assez. Est-ce que je savais tout? Non. Est-ce que j’ai déjà essayé de faire taire qui que ce soit? Non. Est-ce que j’ai déjà versé une somme d’argent pour faire taire quelqu’un? Jamais de la vie; je n’aurais pas pu me regarder dans le miroir. Est-ce que j’ai pris la décision de continuer à travailler avec Bernard Adamus? Oui. Est-ce que c’était une erreur? Oui. Je la dénonce et je l’assume. Je condamne toute forme de violence. Je reconnais qu’en [n']agissant pas, j’ai été complice de tout un système qui maintient les victimes dans le silence», a écrit M. Bissonnette.

«Je souhaite, mentionne-t-il plus loin, poser des actions concrètes pour continuer ma réflexion, mon cheminement personnel et pour lutter contre ce système d’abus sur lequel j’ai trop longtemps fermé les yeux.»

Il dit quitter Dare To Care afin que le travail et la réputation des employés et des artistes représentés par le label «soient totalement dissociés de [s]es paroles et de [s]es gestes».

Cœur de pirate rompt avec Bissonnette 

L’affaire Adamus a eu des répercussions chez d’autres artistes de Dare To Care. Cœur de pirate vient d’annoncer qu’elle rompt ses liens de gérance avec Eli Bissonnette.

«Je m’explique dans pas long», a-t-elle fait savoir à ses abonnés des réseaux sociaux. «Merci de me donner le temps de m’exprimer sur le sujet, qui est douloureux/complexe.»

Capture d'écran Instagram

Les sœurs Boulay: «On a fait l’autruche» 

Le scandale a aussi indirectement éclaboussé les sœurs Boulay, qui étaient jusqu’à hier partenaire de label avec le chanteur folk.

Sur Instagram, Mélanie et Stéphanie Boulay ont admis qu’elles étaient au courant de «certaines allégations inacceptables».

«Les problèmes, ont-elles révélé, avaient été adressées [sic] et les explications / justifications / promesses d’amélioration nous avaient satisfaites au départ. Avait-on accès à toute l’information? Non. Mais a-t-on fait l’autruche par peur d’y perdre des plumes? Oui.»

Elles ont indiqué qu’elles ne renouvelleront pas leur contrat avec Dare To Care. «Mais on aurait pu faire plus. C’était hypocrite et inconséquent.»

Dans la même catégorie