/news/politics

Le ministre des Finances Bill Morneau a aussi des liens familiaux avec WE Charity

Anne Caroline Desplanques | Journal de Montréal

Le ministre des Finances Bill Morneau a lui aussi des liens familiaux avec WE Charity. Deux de ces filles oeuvrent pour l’organisme. 

• À lire aussi: WE Charity: le Parti conservateur réclame une enquête criminelle contre Justin Trudeau

• À lire aussi: We Charity: Justin Trudeau encore dans l’embarras

Clare Morneau a bénéficié du soutien du fondateur de WE Charity, Marc Kielburger pour la parution en 2016 de son livre au sujet de jeunes réfugiées étudiantes au camp de Kakuma, au Kenya. Elle a aussi livré des discours lors d’évènements organisés par l’organisme de charité.

L’attachée de presse du ministre Morneau, Maéva Proteau, indique au Journal que Clare Morneau «n'a jamais été rémunérée pour ce travail» et que «100% des profits du livre sont versés à une bourse d'études pour les réfugiés de Kakuma à l'Université de Toronto».

Par contre, Grace Acan, fille adoptive de la famille Morneau, est actuellement une employée rémunérée de WE Charity. La jeune femme s’est jointe à la famille en 2010 alors qu’elle été adolescente. Les Morneau l’ont parrainé afin qu’elle immigre au Canada depuis l’Ouganda.

Grace Acan a obtenu un rôle administratif dans le département des voyages de WE Charity en 2019, « suite à son stage dans le cadre de sa formation de premier cycle en développement communautaire », indique le cabinet du ministre.

La même année, le gouvernement a octroyé 3 millions $ à WE Charity « pour aider les jeunes entrepreneurs ». C’est le ministre Morneau lui-même qui en avait fait l’annonce, le 21 août 2019.

« Il n'y a absolument aucun lien entre son emploi et tout travail entre UNIS et le gouvernement du Canada », assure Maéva Proteau.

« La recommandation que UNIS administre le programme est venue de la fonction publique, insiste-t-ell. Le contrat de Mme Acan n'a absolument aucun lien avec les travaux que l'organisme a effectués avec le gouvernement du Canada. M. Morneau ne s'est pas récusé des discussions. »

Dans la même catégorie