/news/currentevents

Aperçu dans un boisé, les recherches se poursuivent pour trouver Martin Carpentier

TVA Nouvelles, Arnaud Koenig-Soutière et Jérémy Bernier | Le Journal de Montréal

Les corps inanimés des deux fillettes de 6 et 11 ans, disparues depuis jeudi, ont été retrouvés dans un boisé de Saint-Apollinaire, sur la Rive-Sud de Québec. L’alerte Amber désormais levée, les recherches se sont transformées en une chasse à l’homme pour retrouver rapidement le père des enfants, Martin Carpentier.  

• À lire aussi: Fillettes trouvées mortes: «C’est une tragédie nationale»

• À lire aussi: Alerte Amber levée: les deux fillettes retrouvées mortes

• À lire aussi: Mort des sœurs Carpentier: «Cette mère-là va être brisée à jamais»

La Sûreté du Québec (SQ) a confirmé pousuivre ses recherches pour le retrouver. Il aurait d'ailleurs été aperçu par les policiers plus tôt en début de soirée, mais n'a pu être intercepté. 

«Même si l'alerte Amber est terminée, le travail des policiers se poursuit et ce 24 heures sur 24 depuis déjà 3 jours», assure la porte-parole de la Sûreté du Québec, Ann Mathieu, au micro de TVA Nouvelles.

«On passe le message: nous sommes toujours sur place, nous sommes toujours à même de prendre tous les moyens pour localiser M. Carpentier», mentionne Mme Mathieu. 

Ann Mathieu mentionne également qu'il est important que les citoyens ne tentent pas d'intercepter eux-mêmes Martin Carpentier s'ils l'aperçoivent. À cet effet, la porte-parole rappelle qu'il est nécessaire de composer le 911 si des personnes ont des informations qui permettaient de localiser l'homme. 

Sordides découvertes       

Les sordides découvertes auraient été faites aux alentours de midi dans la foulée des recherches pour retrouver le père de 44 ans et ses filles, Norah Carpentier, 11 ans, et Romy Carpentier, 6 ans.

 «Actuellement, tout nous porte à croire qu’il s’agit des deux fillettes», a annoncé la sergente Ann Mathieu, porte-parole de la SQ, vers 12h30. 

 On ignore toutefois pour le moment si les fillettes portent des marques de violence. Après une évaluation de leur état qui aura duré plusieurs heures, le décès des deux jeunes filles a finalement été confirmé par les autorités vers 17h, samedi. 

Chasse à l’homme       

L’alerte Amber a officiellement été levée avec la découverte du deuxième corps, peu après midi. La Sûreté du Québec demande toutefois aux bénévoles et aux citoyens de rester vigilants.

 «La priorité est maintenant de localiser Martin Carpentier, que nous recherchons activement. Toute personne qui aurait aperçu l’individu est priée de composer le 911 immédiatement», a averti Mme Mathieu.

Photo Agence QMI, Guy Martel

Selon toute vraisemblance et aux vues des informations que la SQ possède, M. Carpentier pourrait très bien être encore dans la région de Saint-Apollinaire ou de Saint-Agapit. À savoir si l’homme en question est un danger pour autrui, les autorités n’écartent aucune hypothèse. 

En ce sens, et pour éviter que l’individu ne prenne la poudre d’escampette, les policiers ont demandé aux gens habitant sur la route de l’Ormière de barrer leurs portes.

Photo Agence QMI, Guy Martel

«Dans quel état d’esprit se trouve M. Carpentier? Impossible de pouvoir y répondre avec certitude. Et on veut aussi éviter qu’il ne parte avec la voiture d’une personne qui aurai

t laissé ses clés [à l’intérieur]», explique la porte-parole de la SQ, qui invite les citoyens à aller sur le site web de l’organisation pour se remémorer le visage du suspect.

Photo Agence QMI, Guy Martel

Une alerte Amber était en vigueur depuis jeudi pour retrouver le père de 44 ans, ainsi que Norah Carpentier, 11 ans, et Romy Carpentier, 6 ans. Les trois individus étaient disparus depuis un mystérieux accident sur l’autoroute 20, près de Saint-Apollinaire, mercredi soir.

Un sentiment mitigé       

La nouvelle de la découverte des corps a eu l’effet d’une bombe au sein des bénévoles attroupés près du garage municipal de Saint-Apollinaire. Sous une pluie diluvienne, plusieurs ont fondu en larmes. La sergente Ann Mathieu a d’ailleurs pris le temps de serrer dans ses bras des femmes qui étaient particulièrement touchées par le dénouement de cette histoire.

 «J’ai transgressé les règles de distanciation sociale, mais ces personnes-là avaient énormément de peine et j’ai décidé de les réconforter. J’ai décidé de passer outre et d’offrir un peu d’humanité», a-t-elle laissé entendre. 

Pour Marie Cauchon, coordonnatrice en recherche et sauvetage pour l’Association québécoise des bénévoles en recherche et sauvetage (AQBRS), il s’agit de l’alerte Amber la plus importante à laquelle elle a dû participer en 20 ans de carrière.

«C’est tout de même un bon dénouement, on est parvenus à retrouver deux personnes, même si on attend toujours la suite des choses concernant leur état», a-t-elle indiqué.

«Maintenant, on doit consacrer tous nos efforts à retrouver le père», a-t-elle ajouté.