/finance/homepage

La SAQ pourrait avoir son propre service de livraison à domicile

Jean-Michel Genois Gagnon | Journal de Montréal

Même si ce sont des camions de la SAQ qui assurent la livraison des bouteilles à domicile, la société d’État fait affaire avec des sous-traitants.

Photomontage, Le Journal

Même si ce sont des camions de la SAQ qui assurent la livraison des bouteilles à domicile, la société d’État fait affaire avec des sous-traitants.

La pandémie force la Société des alcools du Québec (SAQ) à réfléchir à certains aspects de son modèle d’affaires. La société d’État analysera la possibilité de mettre sur pied son propre service de livraison à domicile, a appris Le Journal.

Actuellement, la SAQ fait affaire avec des organisations externes pour la livraison de ses produits chez les consommateurs. Ce sont toutefois les camions de la société d’État qui assurent la livraison des bouteilles commandées en ligne et récupérées dans les différents points de vente.

Durant la pause du Québec, la SAQ a été contrainte de se dénicher un nouveau partenaire d’affaires pour maintenir ce service lorsque Postes Canada a choisi de ne plus livrer les vins directement aux domiciles des gens afin de limiter les contacts entre ses employés et les clients. 

Les délais de livraison ont aussi explosé en raison de la forte demande.

Afin d’offrir un service de livraison à domicile plutôt qu’à un comptoir postal, la SAQ a décidé de signer une entente, en avril, avec Purolator. Les ventes en ligne représentent environ 4 % de son chiffre d’affaires.

« La livraison a été un défi. Nos commandes ont quadruplé du jour au lendemain. Nous n’étions pas prêts à cela », a indiqué au Journal la présidente et chef de la direction de la SAQ, Catherine Dagenais. 

Cette dernière mentionne que son organisation examinera prochainement différents scénarios pour optimiser sa chaîne d’approvisionnement et ses coûts, notamment la possibilité d’avoir son propre service de livraison.

« Cette année, nous allons réfléchir comment on peut transformer notre chaîne d’approvisionnement pour être plus efficaces. On va analyser toutes les possibilités. Il ne faut pas oublier que les coûts de livraison, c’est ce qui est le plus dispendieux pour tous les détaillants », avance-t-elle. 

« Postes Québec »

Récemment, en raison de délais plus longs qu’à la normale pour la livraison des colis chez Poste Canada et Purolator, le gouvernement du Québec avait ouvert la porte à la possibilité de mettre sur pied un système « Postes Québec ». Il espérait toutefois davantage avoir l’aide d’entreprises dans le secteur privé pour régler ce problème. 

La semaine dernière, Le Journal a révélé que la direction de La Cage – Brasserie sportive souhaitait également avoir, dès cet automne, son propre service de livraison dans ses restaurants. Actuellement, la chaîne fait notamment affaire avec Uber Eats et SkipTheDishes.

Pour l’année financière 2019-2020, la SAQ a enregistré des ventes de 3,49 G$. Il s’agit d’une augmentation de 5,9 %. Le bénéfice net, quant à lui, a été de 1,23 G$, soit une hausse de 79,6 M$ (+6,9 %) par rapport à l’exercice précédent. Les ventes dans les succursales ont atteint 3,14 G$, soit une hausse de 190,2 M$.  

Année financière 2019-2020  

-Ventes de 3,49 milliards $ (+5,9 %).  

-Le bénéfice net a été de 1,23 milliard $ (+6,9 %)  

-Les ventes en ligne représentent 4 % du chiffre d’affaires