/news/politics

Affaire WE Charity: les conservateurs exigent que Trudeau s'explique

Agence QMI

Le Parti conservateur exige que le premier ministre Justin Trudeau témoigne devant le Comité permanent des finances, dans le cadre d'audiences pour faire la lumière sur le scandale WE Charity.

• À lire aussi: Scandale WE Charity: 450 emplois perdus

• À lire aussi: Bill Morneau et WE Charity: les conservateurs demandent une enquête

• À lire aussi: WE Charity: le Parti conservateur réclame une enquête criminelle contre Justin Trudeau

Le député Pierre Poilievre a expliqué, dimanche, qu'il compte réclamer lundi que M. Trudeau et le ministre des Finances Bill Morneau soient ajoutés à la liste des témoins qui seront entendus par la commission. Le Parti conservateur espère obtenir l'appui du Bloc québécois et du NPD pour que cette mesure aille de l'avant.

«Si Justin Trudeau n'a rien à cacher, il va accepter de comparaître. S'il refuse et qu'il se cache, on va utiliser les moyens prévus dans notre système parlementaire pour le forcer à répondre aux questions», a menacé le député de Carleton en conférence de presse.

«Il nous faut des réponses. On n'est pas dans une dictature. On n'est pas un pays qui permet à nos chefs de verser des milliards de dollars à leurs amis [...]. Nous sommes un pays où les chefs devraient être imputables et responsables», a ajouté M. Poilievre.

Un programme «inutile»?

Le premier ministre s'est retrouvé dans l'embarras, à la fin juin, en raison d'un contrat de près de 20 millions $ accordé sans appel d'offres par le fédéral à WE Charity pour administrer un programme de bourse pour étudiants doté d'une enveloppe de plus de 900 millions $. Depuis, il a été révélé que l'organisation a de nombreux liens avec la famille Trudeau, ainsi qu'avec la famille Morneau.

Or, Pierre Poilievre va jusqu'à mettre en doute le bien-fondé du programme de Bourse canadienne pour le bénévolat qui, selon lui, empiète sur le rôle joué par le programme Emplois d'été Canada.

«Toute cette affaire vient de l'entourage de Trudeau. Ça ne vient pas de la fonction publique. On le sait parce qu'il y a déjà un programme dans la fonction publique qui fait ce que M. Trudeau prétendait amener. [...] Il aurait pu simplement étendre le programme Emplois d'été Canada», a avancé le politicien, en se demandant si M. Trudeau pourrait avoir demandé à ses fonctionnaires de recommander l'attribution du contrat à WE Charity.

Invité à commenter, le cabinet du premier ministre n'avait fourni aucune déclaration en fin d'après-midi.