/news/currentevents

Des citoyens bien intentionnés ont nui au travail policier

TVA Nouvelles

Des citoyens bien intentionnés voulant probablement aider les policiers dans la chasse à l’homme visant à retrouver Martin Carpentier, que l’on soupçonne être caché dans un secteur forestier à Saint-Apollinaire, ont plutôt nui aux recherches dans la nuit de samedi à dimanche. 

• À lire aussi: La chasse à l'homme se poursuit à Saint-Apollinaire

• À lire aussi: Chasse à l'homme: la chronologie des événements

La porte-parole de la Sûreté du Québec, Ann Mathieu a rapporté en entrevue à TVA Nouvelles qu’une vidéo publiée en direct a provoqué une affluence de la population dans la forêt à la suite d’un possible bruit entendu.

«Cette nuit on a vécu une problématique importante, il y a eu une publication live Facebook invitant les gens à venir circuler. Lorsqu’il y a eu un bruit entendu dans le bois, les citoyens ont envahi le bois. Et là ça vient nuire au travail policier, et cela a nui au travail policier», indique Mme Mathieu. 

Accident Saint-Apollinaire

Photo courtoisie

La porte-parole de la SQ admet comprendre que les citoyens veulent aider, mais demande à la population de ne pas se déplacer sur les lieux de l’opération policière. 

«On sait que les gens sont pleins de bonne volonté, et on comprend cela et on apprécie. On demande aux gens de ne pas se déplacer sur les lieux de l’opération policière, ça peut malheureusement nuire au travail sur place», ajoute-t-elle. 

«Lorsque les gens vont envahir le bois, ils vont occasionner des bruits, donner de fausses pistes, occasionner un ralentissement dans l’enquête parce que les éléments que l’on recueille, il faut les vérifier. [..] On veut localiser Martin Carpentier et se concentrer sur les bons éléments, pas perdre son temps sur les mauvais éléments», précise la porte-parole. 

De plus, le travail de l’escouade canine, impliquée dans la traque, devient impossible si les gens envahissent la forêt. 

«Si j’ai 100 personnes qui ont envahi un secteur pour nous qui est important dans les recherches, à ce moment-là l’escouade canine ne pourra pas être utilisée parce que la scène est contaminée», a-t-elle détaillé. 

Elle insiste pour dire que ce n’est pas parce qu’on ne voit pas de policiers, que le travail d’enquête et de recherche ne se fait pas. 

Les victimes, Norah, 11 ans et Romy, 6 ans.

Photo courtoisie

Les victimes, Norah, 11 ans et Romy, 6 ans.

«Les policiers travaillent 24 heures sur 24 depuis plusieurs jours maintenant, et ce, de jour comme de nuit. Ce n’est pas parce que vous ne voyez pas de policiers sur place la nuit ou sur la route qu’il n’y en a pas ailleurs.»

Elle invite la population à rester alerte.

«C’est important si vous le voyez, si vous l’apercevez, si vous avez de l’information, c’est de contacter le 911. »

Aucun policier n’a vu ou même aperçu Martin Carpentier depuis le début de la chasse à l’homme. Certains citoyens croient l’avoir vu, mais cette information n’est pas validée. Impossible de dire si l’homme est toujours en vie, toutes les hypothèses sont étudiées par les enquêteurs. 

Malgré les appels de la Sûreté du Québec à la population, un citoyen faisait toujours des vidéos en direct sur Facebook dimanche matin. 

Dans la même catégorie