/news/currentevents

La chasse à l’homme pour retrouver Martin Carpentier est parfaitement orchestrée

TVA Nouvelles

La vaste chasse à l’homme mise en place par la Sûreté du Québec afin de retrouver Martin Carpentier, le père des deux fillettes retrouvées sans vie samedi, est méticuleusement organisée et parfaitement orchestrée.

• À lire aussi: Des citoyens bien intentionnés ont nui au travail policier

• À lire aussi: La chasse à l'homme se poursuit à Saint-Apollinaire

• À lire aussi: Chasse à l'homme: la chronologie des événements

C’est du moins l’analyse qu’en fait Roger Ferland, ex-enquêteur au Service de police de la Ville de Québec, et bien au fait de ce type d’opération majeure. 

«Dans le cas d’une opération comme ça qui perdure, on appelle ça l’opération «planifier, diriger». À ce moment-là on ne veut plus trop d’initiatives. Tout est orchestré par le poste de commandement qui doit recevoir le maximum d’information, pour ne pas dire toutes les informations le plus rapidement possible», explique l’expert en entrevue sur les ondes de LCN, dimanche matin. 

Le canal de communication permettant le partage d’informations précises doit être d’une efficacité redoutable.  

Au poste de commandement se trouvent un enquêteur responsable, un responsable de la recherche et survie en forêt, et une troisième personne qui se greffe à l’équipe, un dirigeant, afin de toute planifier. Toutes les informations reçues passent par le poste de commandement. 

À la fin de l’opération, tout le secteur de recherche aura été fouillé de fond en comble, assure l’ancien policier. 

État d’esprit du fugitif   

Difficile de connaître l’état d’esprit du fugitif, s’il est toujours en vie. 

«Au départ, c’est un être humain qui était assurément en détresse. [Après 4 jours de fuite], la fatigue est là aussi pour lui, la faim, la température, les orages, c’est sûr que son jugement est altéré. Les dernières heures sont difficiles, tant pour lui que pour les policiers qui sont aussi des humains. Lui il se sent seul encore plus. C’est très difficile d’imaginer ce qui se passe dans sa tête en ce moment», détaille Roger Ferland. 

Difficile de savoir si l’homme peut être dangereux, mais même une personne inoffensive peut devenir menaçante si elle se sent coincée et traquée, confirme l’ex-enquêteur Ferland.

Une chose est sûre: «chaque minute qui passe nous éloigne un peu plus de la possibilité de le [retrouver vivant]», conclut-il. 

Martin Carpentier n’a toujours pas été vu par des policiers. Des citoyens affirment toutefois l’avoir aperçu.

Voyez l’entrevue intégrale dans la vidéo ci-dessus. 

Dans la même catégorie