/news/society

Allégations d'inconduite sexuelle: Anarchopanda largué par un média et des groupes militants

Alex Proteau | Agence QMI

SÉBASTIEN SAINT-JEAN/AGENCE QMI

Un média indépendant et des groupes militants ont rompu leurs liens avec l'enseignant Julien Villeneuve, plus connu sous le nom d'Anarchopanda, après que des allégations d'inconduite sexuelle aient circulé à son propos sur les réseaux sociaux.

• À lire aussi: Fermeture temporaire d'une page de dénonciation

• À lire aussi: La vague de dénonciations prend de l’ampleur

«Comme vous toutes et tous, nous suivons de près la vague de dénonciations. Sachez que toute collaboration à Ricochet d'une personne dénoncée, comme c'est le cas de Julien Villeneuve récemment (Anarchopanda), cessera immédiatement», peut-on lire depuis samedi sur la page Facebook du média web indépendant Ricochet, où il avait déjà signé des textes.

Depuis quelques semaines, une vague d'allégations de harcèlement à caractère sexuel circule à propos de plusieurs personnalités sur les réseaux sociaux. Plusieurs témoignages, dont celui qui concerne M. Villeneuve, sont anonymes.

Julien Villeneuve a écrit un bref message vendredi sur ses comptes Twitter et Facebook nommés Anarchopanda pour la gratuité scolaire. «Des allégations circulent à mon endroit sur les réseaux sociaux. J'y répondrai sous peu, mais j'ai besoin d'un peu de temps car je suis honnêtement sous le choc. Je ne suis pas un prédateur», peut-on lire.

Julien Villeneuve est enseignant en philosophie au Collège de Maisonneuve, mais est surtout connu pour son alias Anarchopanda, qui a acquis une certaine célébrité lors des manifestations étudiantes de 2012. M. Villeneuve a fait plusieurs apparitions dans les manifestations à l'époque, arborant un costume de panda, et était ainsi devenu une icône de ce mouvement.

Il était depuis actif dans des groupes militants et sur les réseaux sociaux. Il a aussi déposé une requête en inconstitutionnalité à la Cour supérieure pour le règlement P-6, visant l'interdiction du port du masque lors d’une manifestation, pour laquelle il avait eu gain de cause.

Deux groupes auxquels il était associé, soit Manifester sans peur et le Comité Permanent de Soutien aux Manifestants-es - CPSM, ont aussi annoncé sur les réseaux sociaux qu'ils cessaient leur collaboration avec M. Villeneuve.

Le Collège Maisonneuve n'a pas fait de sortie publique à ce propos.

Le «24 Heures» a contacté Julien Villeneuve, le Collège Maisonneuve, Ricochet, Manifester sans peur et le Comité Permanent de Soutien aux Manifestants-es - CPSM pour tenter d'obtenir leurs commentaires, sans succès.

Dans la même catégorie