/regional/saguenay

Désolation et tristesse pour les sinistrés du feu de Chute-des-Passes

Jean-François Tremblay | TVA Nouvelles

Les sinistrés du feu de forêt de Chute-des-Passes, au Lac-Saint-Jean, sont sous le choc, alors qu’ils ont pu aller constater les dégâts pour la première fois cette fin de semaine.

• À lire aussi: Feu de forêt au Lac-Saint-Jean: plus d’une centaine de chalets menacés

• À lire aussi: Des forêts ravagées

«On est arrivé dans le mur. Tout était brûlé, calciné. Il n'y avait plus rien. On avait toujours un espoir que tout n'était pas brûlé, mais c'était rasé. Il n'y avait plus rien. Calciné à la grandeur», a témoigné Alain Renaud dont le chalet se trouvait à 130 kilomètres au nord de Saint-David-de-Falardeau.

Le feu a détruit ses deux remises, son camion et son chalet qu'il possédait depuis 20 ans et qu'il venait de rénover, trois jours avant le début des flammes.

«J’ai fini le mardi et le vendredi que je suis parti, le feu était rendu chez nous. C'est un choc. Un gros choc. C'est quelque chose. C'est noir. On dirait quasiment qu'une bombe a sauté là», a constaté celui qui n'a sauvé qu'un VTT et son quai.

Au kilomètre 99 du chemin de Chutes-des-Passes, Gaétan Sirois a fait le même constat en voyant ce décor de destruction.

«C’est brûlé jusqu'à terre. Il ne reste plus que les racines des arbres. Ça sent le sinistre. Ça sent la mort. On avait le motton pas mal», a-t-il confié.

Les voisins de Gaétan Sirois y ont passé aussi, sauf un, dont seule la remise a été rasée: un véritable miracle comme le chalet n’était qu’à 50 pieds du cabanon.

L’heure est à la reconstruction 

Gaétan Sirois et Alain Renaud évaluent leurs pertes à plus de 100 000$ chacun. Ils étaient assurés et ils veulent maintenant reconstruire.

«Mes permis sont sortis. Mes plans sont faits. On redécolle. On repart à neuf. C'est sûr que le décor ne sera pas pareil, mais au fil des ans ça va se placer. On a encore du bon temps à faire là», a affirmé Alain Renaud.

En tout, le feu a englouti 60 000 hectares de forêt et plusieurs dizaines de bâtiments.