/news/society

Fermeture temporaire d'une page de dénonciation

Roxane Trudel | Le Journal de Montréal

La page Instagram Victims Voices Montréal, qui a contribué à la vague de dénonciations en publiant des témoignages de victimes, fermera temporairement sa messagerie, le temps de répondre au flot incessant de messages. 

• À lire aussi: Dénonciations anonymes en ligne: Legault salue le «courage» de dénoncer

• À lire aussi: «J’ai été victime d’une agression sexuelle à 17 ans» - Marie-Mai

• À lire aussi: La vague de dénonciations prend de l’ampleur

« Le succès de cette page nous est amer en ce sens - une plateforme incroyable qui permet aux gens de se libérer de leurs traumas, mais il en est déchirant de voir à quel point ces histoires sont communes », peut-on lire dans une annonce sur la page Instagram. 

Répondre à tous

Avec près de 75 000 abonnés, les administrateurs ont jugé qu’il était important de fermer temporairement la messagerie, le temps de répondre « proprement » à tous les témoignages en attente.

« Nous nous devons de faire des vérifications comme plusieurs fausses informations sont en circulation. Nous sommes 100% certains de la validité des faits mentionnés dans les témoignages qui ont été publiés », poursuit la publication.

Le travail minutieux demande du temps, ajoute la publication, en expliquant que tous les commentaires sont aussi passés « au peigne fin », de façon à supprimer ceux qui sont « insensibles ou invalidants », tout en « gardant l’oeil ouvert pour d’autres témoignages ».

Nouvelle direction

Les administrateurs profiteront de la fermeture temporaire de la page pour réorienter la direction que prend la plateforme, pour continuer à protéger les victimes sans pour autant que ça ne devienne une « chasse aux sorcières ».

« [L]a page est devenue extrêmement toxique. Il en est devenu une source de divertissement pour certains, laissant de moins en moins de place aux survivants [...] En aucun cas nous ne souhaitons du mal aux personnes visées par nos publications. Ce que nous voulons, c’est que ces personnes prennent responsabilité [...] », est-il écrit.