/news/coronavirus

Les médecins en CHSLD, ces héros pour nos aînés

TVA Nouvelles

Le CHSLD Eloria-Lepage à Montréal n’a pas été épargné par la COVID-19. Outre ses 80 résidents infectés et ses 30 décès, plusieurs membres du personnel soignant ont fait partie du compte.

• À lire aussi: Hausse importante des cas au Saguenay-Lac-Saint-Jean

• À lire aussi: «Monsieur Bonbon» de retour chez lui

Parmi ceux-ci, le Dr Michel Nguyen, médecin de famille du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal.

«J'étais vraiment malade pendant 8 jours, et ensuite, c'est revenu à la normal assez rapidement», explique le Dr Nguyen à TVA Nouvelles.

Pendant son absence, il ne restait qu'un seul médecin dans ce CHSLD, docteur Le. Avec les infirmières et les préposés, elle ne comptait pas ses heures dans une course contre la montre pour sauver des patients.

«Au début, il manquait de personnel aussi. Les préposés, les infirmières sont malades les unes après les autres», mentionne la Dre Han Le, elle aussi médecin de famille au CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal.

Heureusement, au bout d'une semaine, Dre Le a eu du renfort. Au moment même où des militaires étaient déployés dans des centres d'hébergement de Montréal, la docteure Maud Rebeyrol venait de quitter les Forces armées canadiennes après cinq ans et cherchait un nouveau défi. 

Mis à part un stage pendant ses études, elle n'avait jamais soigné de personnes âgées. Même s'il était faible et confiner à la maison, docteur Nguyen lui enseignait à distance.

«C'était lui qui avait l'expertise de ses patients et moi, j'essayais d'éteindre des feux!», raconte la Dre Maud Rebyrol à TVA Nouvelles.

La jeune médecin, qui a toujours souhaité faire de la médecine humanitaire, aura eu droit à une immersion douloureuse : la nouvelle recrue avait sous son aile une cinquantaine de patients répartis sur deux étages.

La plupart de ces résidents étaient atteints par la COVID-19. 

Malgré les épreuves, Dre Rebyrol veut désormais remplir sa nouvelle mission, soit celle de soigner les aînés dans un CHSLD.   

Yolande Pelletier savoure la vie et le soleil après avoir frappée par la maladie. Même après trois mois, la résidente de 77 ans est encore faible. Elle doit néanmoins sa vie au personnel soignant de sa résidence.

-Avec les informations de Harold Gagné