/news/coronavirus

L’obligation du port du masque encore symbolique

Béatrice Roy-Brunet

Le port du masque est officiellement devenu obligatoire lundi dans le transport en commun, mais rien n'empêchait les récalcitrants ou les têtes en l’air de franchir sans masque les tourniquets du métro de Montréal.

Quelques affiches, des messages sur les télévisions des stations de métro et une annonce vocale indiquaient que le port du masque était dorénavant obligatoire dans les transports en commun, mais aucun employé de la Société de transport de Montréal (STM) n'abordait les personnes qui ne portaient pas de masque lors de notre passage dans le réseau à l'heure de pointe du matin et durant le reste de la journée.

Certains clients rencontrés sur la ligne verte, qui ne portaient pas leur masque, n’étaient d’ailleurs pas au courant de la date d’entrée de cette mesure.

«Je ne savais pas que c'était aujourd'hui. Quand je suis au travail, je porte toujours mon masque. Aujourd'hui, je l'ai oublié», soutenait Sayid Ilshrif.

Même son de cloche du côté d’Eric Mathieu.

«Je reviens de vacances et je n'avais pas vu les affiches [que c'était maintenant obligatoire]», a-t-il souligné.

D’autres semblaient plutôt attendre l’arrivée des mesures coercitives pour porter leur masque.

«Je l’ai dans mes poches. J’attends qu’on m’oblige. Là, il y en a d’autres qui ne le portent pas», a expliqué Jacques Maillé en attendant le métro à la station Berri-UQAM.

Distribution de masques

Lundi matin, des inspecteurs de la STM étaient présents à la station Berri-UQAM lors du passage du «24 Heures». Alors que plusieurs clients sans masque passaient les tourniquets, aucun avertissement verbal ou information ne leur était transmis par les inspecteurs, a-t-on pu constater.

La STM soutient pourtant que ceux-ci font de la sensibilisation pour rappeler le port obligatoire du couvre-visage, et qu'ils sont équipés pour en offrir aux clients au besoin, indique le transporteur par courriel.

Des équipes reprendront également la distribution de masques cette semaine entre 15h et 18h à travers le réseau de transport.

Majorité masquée

La population semblait quand même avoir compris le message: à l’heure de pointe lundi matin, la majorité des utilisateurs du métro suivaient les directives gouvernementales et portaient un masque. La distanciation sociale était d’ailleurs facile à respecter sur la ligne verte; à 8h, dans un train en direction du centre-ville, seulement une quinzaine de personnes se trouvaient dans chaque wagon.

À la station Pie-IX, une seule personne sur les douze qui attendaient le métro sur le quai ne portait pas de masque.

Pour François Wolkieyiez, qui utilise le métro, cette mesure aurait dû être prise plus tôt.

«C'est bien que ce soit obligatoire maintenant. Je me sens plus en sécurité depuis que c'est obligatoire. Ce matin, j'ai oublié mon masque et la STM m'en a donné un, c'est vraiment bien», a-t-il mentionné.

- avec Camille Lalancette, 24 Heures