/news/currentevents

Le fugitif toujours en vie?

Agence QMI et TVA Nouvelles

À la recherche d’un fugitif ou d’un corps? La Sûreté du Québec (SQ) n’exclut aucune hypothèse dans ses recherches pour retrouver Martin Carpentier, le père des deux fillettes retrouvées mortes à Saint-Apollinaire, disparu dans la nature il y a cinq jours. La chasse à l’homme se poursuit mobilisant un important dépoilement policier.

• À lire aussi: Chasse à l’homme: le fugitif toujours introuvable

• À lire aussi: Un lieu de recueillement pour Norah et Romy

• À lire aussi: Aperçu dans un boisé, les recherches se poursuivent pour trouver Martin Carpentier

Près d’une centaine de policiers ont encore une fois été déployés dans un secteur boisé de part et d’autre de la route 273, à Saint-Apollinaire, sur la Rive-Sud de Québec, où les corps sans vie des jeunes Norah, 11 ans, et Romy, 6 ans, ont été retrouvés samedi.

Des éléments d’intérêt ont été recueillis dans le secteur boisé du rang Saint-Lazare où les dépouilles des fillettes ont été retrouvées, samedi, informe Ann Mathieu, porte-parole de la SQ. La sergente n'a toutefois pas élaboré quant à ce que ces choses pourraient être.

«La météo joue, il faut envisager que Martin Carpentier pourrait être mobile et qu’il ne pourrait ne pas l’être», précise Ann Mathieu.

Les corps des petites victimes Norah et Romy ont été autopsiés, mais les résultats ne seront pas dévoilés pour le moment puisque l’enquête policière est toujours en cours. 

Deuil 

Pendant qu’un pénible deuil s’amorce pour les familles, les recherches se sont poursuivies avec un dénouement similaire dimanche. Malgré l’importance des effectifs, les enquêteurs continuent de mordre la poussière pour identifier toute trace du passage de Martin Carpentier. Le père des deux fillettes ne semble avoir laissé aucun indice derrière lui, mis à part les cadavres des deux enfants et les signalements citoyens, dont aucun n’a été concluant.

Les corps des petites victimes Norah et Romy ont été autopsiés, mais les résultats ne seront pas dévoilés pour le moment puisque l’enquête policière est toujours en cours.  

Si la Sûreté du Québec considérait Carpentier «en déplacement», samedi matin, certaines pistes écartées, puisque non fondées, font douter quant au fait que Martin Carpentier soit toujours en vie.

«Comme on ne l’a jamais aperçu, qu’on n’a jamais eu de contact, c’est difficile de dire hors de tout doute qu’il est [en vie]. Donc, [c’est] 50-50. Il l’est peut-être, il ne l’est peut-être pas», laisse planer Ann Mathieu.

Accident Saint-Apollinaire

Photo courtoisie

«Minime»

Pour l’ancien chef de l’Escouade Carcajou-Québec, Paul Laplante, les chances de retrouver Martin Carpentier en vie s’amenuisent « d’heure en heure ».

«Plus ça va, plus ça va être complexe de trouver ce gars-là. Il est peut-être mort, mais s’il s’est suicidé, le corps est où et pourquoi on ne le trouve pas ? Est-ce qu’il est dans un cours d’eau ? C’est là que le travail policier devient encore plus complexe», analyse M. Laplante.

Chaque recoin du secteur est ratissé par des équipes aériennes et terrestres. Le Journal a assisté au départ d’une battue sollicitant une quinzaine de policiers. Le secteur, où les corps des jeunes filles ont été retrouvés non loin l’une de l’autre, a fait l’objet d’une attention accrue dimanche.

Difficile

«Il y a une espèce de rigole sèche. Vous regarderez s’il y a des traces dedans», lance un policier à ses collègues, se débattant pour se faire un chemin à travers le boisé très dense.

Le couvert forestier craque, les feuilles bloquent la vue à un tel point qu’il est difficile de voir à quelques dizaines de mètres. «Ils sont dans toutes les pires conditions qu’on peut imaginer», remarque l’ancien chef Laplante.

Cette réalité est accentuée par la contamination des scènes par des bénévoles, remarque-t-il, ainsi que la faune qui rend hasardeuse l’utilisation d’une vision thermique.

Plusieurs éléments concernant le drame demeurent extrêmement nébuleux après plusieurs jours de recherche. 

On n’arrive toujours pas à comprendre comment Martin Carpentier, un animateur scout et père de famille sans antécédents, aurait pu commettre de telles atrocités.

Personne n’arrive à comprendre comment il a pu se sauver aussi rapidement après son accident avec ses fillettes, alors que les informations laissent croire que les enfants étaient effectivement dans le véhicule lors d’un accident de la route.