/news/currentevents

Les recherches s'étendent sur 50 km carrés

Arnaud Koenig-Soutière | Journal de Québec

Les recherches pour retrouver Martin Carpentier ont repris vers 9h, mardi matin, une sixième journée de chasse à l’homme qui doit s’effectuer dans un rayon de 50 kilomètres carrés, à Saint-Apollinaire. 

• À lire aussi: Mort de Romy et Norah: une tragédie qui affecte beaucoup d’enfants

• À lire aussi: Mort des soeurs Carpentier: «J’aurais donné ma vie à sa place», dit le père biologique de Norah

• À lire aussi: Drame à Saint-Apollinaire: des citoyens inquiets barrent leurs portes ou désertent leur maison

La police n’a pas indiqué si elle estimait que le fugitif était vivant ou mort. 

«Tant qu’on n’a pas d’éléments concrets autre qu’une pièce particulière, on ne peut pas négliger qu’il puisse être en vie, vous savez, quelqu’un qui est en santé, quelqu’un qui est mobile peut facilement se déplacer en marchant plusieurs kilomètres par jour», explique Ann Mathieu.

Photo Stevens LeBlanc

Hier, un avion de Transport Canada muni d'une caméra thermique été appelé en renfort par la SQ pour faire avancer les recherches. L'appareil est de retour aujourd'hui.

Malgré la poursuite de ratissages intensifs à Saint-Apollinaire et Saint-Agapit, les policiers ont été confrontés au même dénouement lundi que les jours précédents: pas de suspect et un mystère, dont seul Carpentier a «la clé», qui persiste.

L’homme de 44 ans est recherché depuis mercredi, après le déclenchement d’une alerte AMBER.

Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

La journée de lundi, a priori calme, s’est animée en soirée quand un citoyen a signalé avoir aperçu un individu qui courait dans un champ de maïs près du rang Haut-Paroisse, à Saint-Agapit, à un peu plus de six kilomètres du périmètre principal.

Ces pièces d’intérêt ont été acheminées pour expertise pour «corroborer s’[ils] sont reliés à Martin Carpentier», précise la porte-parole Ann Mathieu. 

Portrait plus clair  

Un portrait plus clair se brosse quant à la chronologie des faits depuis ce mystérieux accident sur l’autoroute 20 mercredi dernier. 

Les autopsies des deux fillettes ont été complétées lundi, ce qui se joint à l’examen déjà bouclé de la voiture accidentée.

L’hypothèse privilégiée est que le père et les deux enfants se trouvaient dans l’habitacle au moment du capotage.

Photo Stevens LeBlanc

Cependant, les conclusions des deux rapports d’expertise seront gardées confidentielles «tant que Martin Carpentier n’est pas localisé et qu’on n’a pas pu lui parler», affirme Ann Mathieu. 

«Le séquentiel exact de tout ce qu’il a pu faire comme trajet, ça se définit tranquillement, dit-elle. Mais il est la clé finale des bouts qui nous manquent.»

 – avec la collaboration de l'Agence QMI et Catherine Bouchard