/finance/homepage

COVID-19: après six mois, près du cinquième des entreprises songent au pire

Agence QMI

Joël Lemay / Agence QMI

Si la pandémie actuelle dure plus de six mois, environ 19,3 % des entreprises estiment ne pas pouvoir poursuivre leurs activités à leur niveau actuel de revenus et de dépenses et songent à recourir à des solutions allant même jusqu’à la faillite.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Un cas de contamination intra-utérine confirmé

• À lire aussi: Port du masque: furieux de devoir jouer à la police

C’est l’une des données d’une étude de Statistique Canada en partenariat avec la Chambre de commerce du Canada publiée mardi.

L’Enquête canadienne sur la situation des entreprises (ECSE), menée du 29 mai au 3 juillet auprès de propriétaires d'entreprise de partout au Canada, précise que certains secteurs seront plus touchés.

C’est le cas pour les services d'hébergement et de restauration, le secteur des industries de l'information et des industries culturelles et celui des arts, des spectacles et des loisirs où respectivement 34,7 % ; 31,5 % et 26,8 % pensent devoir envisager d'autres mesures comme les mises à pied, la fermeture ou la faillite après six mois de pandémie.

Perrin Beatty, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Canada, a d’ailleurs noté à quel point les entreprises doivent rouvrir parce qu'elles ne peuvent plus se permettre de rester fermées, mais ont du mal à atteindre le seuil de rentabilité avec des revenus considérablement réduits.

En l’occurrence, elles doivent composer avec des coûts associés à des mesures de sécurité. Ainsi, «80 % des entreprises prévoient avoir besoin d'équipements de protection individuelle, a-t-il dit. Cependant, plus d'un cinquième des entreprises éprouvent des difficultés à se procurer de l'équipement ou des fournitures de protection individuelle.»

L’étude souligne que 28,4 % des compagnies au pays ont dû mettre à pied du personnel en raison de la pandémie de COVID-19. Près de 40 % des entreprises ont également réduit des heures de travail ou des quarts de travail.

«Près du cinquième de toutes les entreprises ont mis à pied la moitié de leur effectif ou plus», a-t-on précisé dans cette enquête sur les répercussions de la COVID-19 sur les entreprises au Canada.

Il faut dire que les revenus de plus de la moitié des entreprises ont fléchi de 30 % ou plus en avril dernier comparativement au même mois l’an dernier. Plus du tiers ont indiqué que leurs revenus avaient diminué de moitié ou de plus de moitié.

Arts et loisirs plus affectés

Rappelons qu’à la fin de mai, en raison de la crise sanitaire, de nombreuses entreprises ont dû s'adapter rapidement à la situation en réduisant les heures de travail, en faisant des mises à pied, en demandant du financement du gouvernement. Le télétravail est aussi devenu une réalité pour plusieurs.

L’étude indique que plus de 80 % des entreprises des secteurs des arts, des spectacles et des loisirs (89,6 %), de l'agriculture, de la foresterie, de la pêche et de la chasse (83,0 %) et des services d'hébergement et de restauration (80,3 %) qui ont effectué des mises à pied ont indiqué avoir laissé de côté au moins 50 % de leur effectif.

Certains secteurs ont été plus affectés que d’autres par les mesures prises par les gouvernements pour limiter la propagation de la COVID-19. Le secteur le moins affecté est celui de la finance et des assurances (5,4 %).

En revanche, près de la totalité des entreprises du secteur des arts, des spectacles et des loisirs (94,3 %) et du secteur des services d'hébergement et de restauration (94,1 %) ont dit avoir pris des décisions difficiles pour leur personnel. C’est aussi le cas pour presque toutes les entreprises comptant plus de 100 employés (90,9 %).

Télétravail

Par ailleurs, l’agence de la statistique souligne qu’environ 22,5 % des entreprises s'attendent à ce que 10 % ou plus de leur personnel continue de faire du télétravail une fois la pandémie terminée.

Dans les secteurs comme ceux de l'industrie de l'information et de l'industrie culturelle (47,2 %) et des services professionnels, scientifiques et techniques (44,5 %), plus des deux cinquièmes des entreprises s'attendaient à ce qu'au moins 10 % de leur effectif poursuive le télétravail après la pandémie de COVID-19.

Dans la même catégorie