/regional/quebec/chaudiereappalaches

Mort de Romy et Norah: une tragédie qui affecte beaucoup d’enfants

Dominique Lelièvre | Journal de Québec

Une jeune fille est venue déposer des fleurs à la mémoire de Norah et Romy, hier, au parc des Chutes-de-la-Chaudière.

Photo Simon Clark

Une jeune fille est venue déposer des fleurs à la mémoire de Norah et Romy, hier, au parc des Chutes-de-la-Chaudière.

Le décès tragique des petites Romy et de Norah Carpentier affecte de nombreux enfants qui les ont connus de près ou de loin, ou même pas du tout.

• À lire aussi: Drame à Saint-Apollinaire: des citoyens inquiets barrent leurs portes ou désertent leur maison

• À lire aussi: «Vous êtes toute ma vie, ma raison d’exister»

• À lire aussi: Un lieu de recueillement pour Norah et Romy

«Je trouve ça triste. Je ne peux plus la voir» laisse tomber Ludovic Lepage, 12 ans.

Le jeune homme fréquentait la même école que Norah, qu’il considérait comme sa meilleure amie. Norah, 11 ans, était une enfant «timide», mais surtout «beaucoup joyeuse», raconte-t-il avec aplomb.

Lundi, il est allé accrocher un porte-clés en forme d’émoticône sur une photo de la jeune défunte, au parc des Chutes-de-la-Chaudière où des centaines de peluches et de messages ont été déposés en hommage aux victimes. Il conservera une réplique du même porte-clés.

Attristés et sous le choc

Au mémorial improvisé près des chutes, on voit passer de nombreux citoyens adultes, mais aussi beaucoup d’enfants accompagnés de leurs parents. Tous sont touchés par le drame même si, souvent, ils ne connaissent pas la famille.

Photo Simon Clark

Pour sa part, Ludovic a observé pendant plusieurs minutes les hommages, souvent enlacé par son père Karl Lepage, qui a choisi d’être très transparent avec lui sur ce qui s’est passé.

C’est loin d’être le seul enfant à être affligé par le drame. Pensons aux amis de Norah au 128e groupe Scout de Charny, qu’elle fréquentait depuis quelques années.

Martin Carpentier y a lui-même été animateur de septembre à mars dernier, indique François Samson, président de ce groupe scout. «On est tous en état de choc, toute la gang», a commenté M. Samson.

Le CISSS de la Chaudière-Appalaches a mobilisé plusieurs intervenants dans des endroits stratégiques à Saint-Apollinaire et à Lévis, pour offrir du soutien moral tant aux enfants qu’aux adultes qui en sentent le besoin.

C’est le cas notamment dans deux camps de jour de Lévis où les travailleurs sociaux sont à la recherche d’éventuels camarades de classe des jeunes victimes, mais aussi d’enfants qui pourraient être ébranlés par les événements, même s’ils ne connaissaient pas les fillettes décédées.


Tous les parents qui ont des questions ou qui sont préoccupés pour la santé psychologique de leur enfant peuvent contacter la ligne 811.