/news/law

Un tueur interné aura droit à des sorties

Michael Nguyen | Journal de Montréal

Francis Jutras

Photo d'archives

N’en déplaise aux parents d’un jeune passionné de hockey tué à coups de marteau, le meurtrier n’est plus considéré «accusé à haut risque», si bien qu’il pourra maintenant bénéficier de sorties. 

• À lire aussi: Des victimes unies pour éviter la sortie d’un tueur

• À lire aussi: Il ne veut plus être «délinquant à haut risque»

«Bien qu’humainement et intimement touché par ces drames, [le tribunal] ne peut faire abstraction des obligations juridiques qui découlent de la loi», a affirmé le juge Marc-André Blanchard en donnant suite à la demande de Francis Jutras dans un jugement dont Le Journal a obtenu copie.

Jutras, 39 ans, est un tueur au lourd passé psychiatrique qui, en octobre 2015, s’était senti investi d’une «mission marteau» ordonnée par un «pirate informatique» qui vivait dans sa tête. 

Armé, il s’en est pris à trois personnes choisies au hasard dans les rues de Laval. Des trois victimes, un jeune passionné de hockey âgé de 19 ans, François-Xavier Théberge, est mort sous les coups du meurtrier. Les deux autres personnes assaillies ont survécu à l’attaque.

Non criminellement responsable

En 2017, Jutras avait été déclaré non criminellement responsable du meurtre et des deux tentatives de meurtre. Mais l’année suivante, il avait aussi reçu l’étiquette peu enviable «d’accusé à haut risque», qui est réservée aux pires cas. 

Seuls une poignée de délinquants au Canada ont ce statut.

Deux ans plus tard, cependant, Jutras estimait qu'il ne devait plus être étiqueté «accusé à haut risque». Son psychiatre Frédéric Millaud partageait cet avis, expliquant que les traitements fonctionnaient bien et que la situation du meurtrier s’était améliorée.

Un criminologue et une psychologue ont aussi affirmé que, selon eux, Jutras présente un faible risque de violence s’il reste dans un milieu institutionnel sécuritaire.

Victimes

Les victimes de Jutras, toutefois, n’étaient pas du même avis.

«Êtes-vous prêt à prendre la chance qu’il fasse une autre victime? Êtes-vous prêt à vivre avec ça?» avait entre autres dit la mère de François-Xavier Théberge lors de son témoignage en cour, la semaine dernière.

Le juge de la Cour supérieure du Québec s’est dit sensible à ces témoignages, mais cela n’a pas empêché que l'on donne suite à la demande de Jutras.

«Ces déclarations ne permettent pas de mettre de côté une preuve d’expert non contredite qui établit clairement qu’il n’existe pas, actuellement, de possibilité marquée que Jutras [use] de violence de façon à mettre en danger la vie ou la sécurité d’autrui», a dit le juge dans sa décision, qui permettra au meurtrier d’avoir un élargissement de conditions et de faire des sorties accompagné.

La Couronne a 30 jours pour, si elle le souhaite, en appeler de la décision.

Les parents de François-Xavier Théberge n’ont pas souhaité commenter, à ce stade-ci, la décision.