/news/society

Une avancée dans la lutte contre le cancer du cerveau

TVA Nouvelles

Des médecins de l’Institut de neurologie de Montréal ont publié les résultats d’une recherche sur laquelle ils travaillent depuis cinq ans et qui permet de faire avancer la recherche pour la lutte au cancer du cerveau.

• À lire aussi: Un traitement combattrait cancer et COVID-19

• À lire aussi: Rémission d'un patient séropositif sans greffe de moelle

«Auparavant, on étudiait les tumeurs comme une seule entité, comme un bloc. Ce qu'on est venus à faire, pour la première fois, c'est qu'on a étudié ces tumeurs-là une cellule à la fois», explique le Dr Charles Couturier, chercher et résident en neurochirurgie de l’Institut de neurologie de Montréal. 

Cette nouvelle approche leur a permis d’en apprendre davantage sur ces tumeurs. 

«Ça nous a permis de voir qu'en fin de compte, plutôt que d'être quelque chose de très uniforme, qu'il y avait différents types de cellules. Cinq pour être exact», poursuit le Dr Couturier. 

Une vingtaine de patients ont participé à la recherche.

Au total, ce sont 55 000 cellules de glioblastome et 20 000 cellules cérébrales saines qui ont été analysées en laboratoire.

Les chercheurs ont réussi à identifier une cellule souche qui est à la base de toutes les cellules cancéreuses.

Ils espèrent maintenant utiliser ces nouvelles connaissances pour développer de nouveaux médicaments ou de nouveaux traitements pour arriver à sauver davantage de patients diagnostiqués avec un cancer du cerveau. 

Les glioblastomes sont difficiles à traiter puisqu’une partie de la médication, la chimiothérapie, ne réussit pas à traverser une barrière physiologique présente dans le cerveau.

«Étant donné qu'on comprend mieux la tumeur et qu'il y a cinq types de cellules, il faudra trouver une façon de tuer chacun de ces types de cellules là avec différentes molécules», indique le Dr Charles Couturier. 

Cette année, 3000 Canadiens recevront un diagnostic de cancer du cerveau. La moitié seront des glioblastomes et on enregistrera 2500 décès.

Cette découverte suscitera d'autres recherches, qui permettront peut-être, un jour, de vaincre ce cancer.

- d'après les information de Harold Gagné