/news/world

Contre le «tourisme éthylique», Majorque ferme des bars

Agence France-Presse

Le gouvernement régional des îles espagnoles des Baléares a décidé mercredi de fermer les bars de trois rues de Majorque, connues comme l'épicentre du «tourisme éthylique», afin de lutter contre la propagation du nouveau coronavirus.

La mesure concerne deux artères proches de la plage de Palma de Majorque, surnommées «rue du jambon et rue de la bière», et la rue Punta Ballena de Magaluf, dans l'ouest de l'île. Elle doit entrer immédiatement en vigueur.

Dans le détail, l'exécutif régional va «fermer tous les établissements de commerce, de divertissement et de restauration» des voies concernées, a précisé le ministre régional du Tourisme Iago Neguerela.

«Nous ne voulons pas des touristes inciviques sur nos îles», a asséné ce dernier. Si les touristes se déplacent vers «d'autres zones dotées d'établissements qui renforcent ce type de clientèle (...), ceux-ci seront également fermés et prohibés. Nous n'aurons pas la main qui tremble», a averti M. Neguerela.

Toujours dans le cadre de la lutte contre la COVID-19, le gouvernement régional interdira dans tout l'archipel l'utilisation de pailles larges en plastique et de verres de plus de 50 cl, afin d'éviter que les boissons alcoolisées ne soient partagées et contribuent ainsi à la diffusion du virus.

AFP

Les mesures dévoilées mercredi interviennent alors que le weekend dernier, plusieurs vidéos ont montré des dizaines de touristes allemands ou britanniques, parfois ivres, faire bruyamment la fête dans les rues de Majorque, sans porter de masque ni respecter de distance de précaution.

Lundi, le ministre allemand de la Santé a rappelé à ses ressortissants, très friands des escapades à Majorque, que la menace d'une deuxième vague de contaminations était «réelle».

L'Espagne, avec plus de 256 000 cas et 28 409 décès selon un décompte réalisé mercredi par l'AFP, a été l'un des pays les plus durement frappés par la pandémie.