/finance/homepage

Les Trump font la publicité des aliments Goya, controverse aux États-Unis

AFP

La marque alimentaire Goya, particulièrement prisée de la communauté latino-américaine, se retrouve au coeur d'une controverse politique aux États-Unis après des commentaires flatteurs de son patron envers le président Donald Trump. 

Invité la semaine dernière à la Maison-Blanche, Robert Unanue avait déclaré que les États-Unis étaient «vraiment bénis» d'avoir «un dirigeant comme Donald Trump, qui est un bâtisseur».

AFP

Des appels à boycotter la marque ont immédiatement suivi sur les réseaux sociaux, mais le patron a refusé de s'excuser et jugé sur la chaîne conservatrice Fox News que la campagne #BoycottGoya était une tentative d'atteinte à sa «liberté d'expression».

Ivanka Trump, la fille et conseillère du président américain, a relancé mardi soir la polémique en publiant sur Twitter une photo d'elle présentant une boîte de haricots noirs, accompagnée d'un slogan en anglais et espagnol: «Si c'est Goya, c'est que c'est bon».

La photo, aux faux airs d'affiche publicitaire, a été largement moquée et détournée en ligne, tandis qu'Ivanka Trump est accusée d'avoir enfreint les règles d'éthique interdisant aux employés fédéraux de faire la promotion de produits, services ou entreprises.

Donald Trump y est également allé de sa photo en postant mercredi sur Instagram un cliché le montrant dans le Bureau ovale, tout sourire et pouces levés derrière une série de produits Goya, allant de la boîte de conserve au paquet de gâteaux. 

Plus tôt dans la journée il a assuré dans un tweet que les affaires de Goya se portaient pour le mieux.

«La campagne de dénigrement de la gauche radicale s'est retournée contre elle, les gens achètent en masse!», a-t-il assuré.