/news/coronavirus

Les PME se sont fortement endettées pendant la pandémie

Agence QMI

Close up woman hand using calculator and writing make note with calculate about cost at home office.

wutzkoh - stock.adobe.com

Trois propriétaires de PME sur quatre ont dû s’endetter pour passer à travers la crise sanitaire, indique un sondage réalisé auprès des membres de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI). 

Au Québec, le total des dettes s’élèverait à 21,3 milliards $ et, à l’échelle canadienne, la facture atteindrait 117 milliards $. Cela équivaut à des dettes moyennes par PME de 127 000 $ dans la Belle Province et de 135 000 $ au pays.

La consultation, réalisée en ligne du 26 juin au 2 juillet, indique aussi que 68 % des répondants croient qu’il leur faudra plus de 12 mois pour effacer cette dette.

«La dette publique a explosé et c’est aussi le cas de la dette privée», a indiqué mercredi Jasmin Guénette, vice-président des affaires nationales à la FCEI.

«Les PME se sont lourdement endettées à cause de la pandémie, a-t-il ajouté. Plusieurs propriétaires d’entreprise qui ont rouvert leurs portes disent ne pas être sûrs de pouvoir rembourser les dettes qu’ils ont accumulées jusqu’ici pour garder la tête hors de l’eau. La reprise ne se fera pas du jour au lendemain. Les gouvernements et les consommateurs ont un rôle vital à jouer pour qu’on s’en sorte.»

Le Québec figure au deuxième rang des provinces où les propriétaires de PME ont contracté les dettes les plus importantes pendant la pandémie. L’Ontario occupe le haut du payé, avec un montant global d’endettement de 49,9 milliards $.

Les gens d’affaires qui détiennent les PME ont dû faire face à la crise en pigeant dans leurs économies (37% des répondants), en gonflant leurs cartes de crédit (34%), en obtenant des prêts bancaires (18%), en ayant recours à leur épargne-retraite (11%), en contractant un nouveau prêt hypothécaire (9%) ou en empruntant de l’argent à un ami ou à un membre de leur famille (9%).

«Ces données rappellent à quel point le risque de voir la dette privée des entreprises se transformer en dette personnelle est réel, a indiqué la FCEI. En plus de nuire à la consommation, notamment, un tel phénomène constituera un frein supplémentaire à la relance de l’économie.»

Campagne #JeChoisisPME

Pour relancer l’économie et soutenir les gens d’affaires derrière les PME canadiennes, la FCEI a lancé la campagne #JeChoisisPME, afin que les consommateurs optent sans équivoque pour des produits et des services proposés par des entreprises locales.

«Le soutien des consommateurs redonne le sourire aux lèvres des propriétaires d’entreprise malmenés financièrement et émotionnellement par la crise», a souligné Gopinath Jeyabalaratnam, analyste principal des politiques à la FCEI.

«Collectivement et individuellement, nous pouvons en faire plus. Cet été, relevons le défi #JechoisisPME pour remettre nos entreprises préférées sur la voie du succès. N’oubliez pas: plus les PME iront bien, plus la reprise économique ira vite», a-t-il précisé.