/finance/homepage

Lock-out à l’usine Lactantia de Victoriaville

Caroline Lepage

Parmalat a décrété un lock-out à son usine Lactantia de Victoriaville, mercredi à 16 h. Les négociations qui duraient depuis plusieurs jours pour le renouvellement de la convention collective des quelque 400 travailleurs ont échoué. 

L’employeur sortait les travailleurs de l’usine qui étaient toujours en fonction, mercredi, en fin d’après-midi. Depuis une semaine, il prenait part à des séances de conciliation avec des représentants du syndicat à l’hôtel Le Victorin de Victoriaville. Le but était de conclure une entente visant le renouvellement de la convention collective, échue depuis octobre 2019. 

Selon Cédric Vallerand, coordonnateur régional à la CSD, les travailleurs avaient commencé à déployer des moyens de pression, mardi soir, pour protester contre la lenteur des négociations. 

Son syndicat avait soumis, lundi, une proposition majeure qui n’aurait jamais été relancée par les représentants de Parmalat. 

Des employés avaient donc décidé de ne pas rentrer au travail. D’autres avaient apposé des pancartes ou des autocollants sur le terrain ou les installations de l’usine. Des propos étaient rapportés ou chantés au micro, etc. 

«La production n’a pas été ralentie, mais l’employeur n’a pas apprécié», a indiqué M. Vallerand. 

L’usine Lactantia de Victoriaville est spécialisée dans la production de fromage mozzarella, de poudre de lait et de margarine sous les marques aussi respectées que Lactantia, Black Diamond, Galbani, Président et Ficello. 

L’employeur n’était pas en mesure de commenter la nouvelle au moment d’écrire ces lignes.