/regional/estduquebec/gaspesie

Mise au point sur la route à suivre pour se rendre aux Îles-de-la-Madeleine

Simon Gamache Fortin | TVA Nouvelles

Les autorités des Îles-de-la-Madeleine ont fait le point mercredi sur les étapes à suivre pour accéder à l'archipel par le traversier. Beaucoup d'informations contradictoires ont circulé au cours des derniers jours quant aux documents à présenter aux points de contrôles des provinces voisines.

• À lire aussi: Les Québécois devront s’enregistrer avant d’aller aux Îles-de-la-Madeleine

• À lire aussi: Ils frôlent la mort dans le corridor qui mène aux Îles

Les modifications de certaines procédures ont suscité beaucoup d'inquiétudes pour les Québécois qui se rendront aux Îles dans les prochaines semaines. La municipalité et les organisations touristiques ont reçu de nombreux appels.

Pour traverser le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard, les voyageurs doivent remplir un formulaire d’autodéclaration disponible sur le site du gouvernement du Québec.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick demande aux Québécois qui se rendent au traversier de s’enregistrer en ligne avant leur déplacement. Les documents d’enregistrement doivent être présentés aux points de contrôle d'entrée de la province, qui n'autorise autrement pas les Québécois à traverser la frontière provinciale.

Pour l’Île-du-Prince-Édouard, il n’est pas nécessaire d’avoir un formulaire de préenregistrement.

Aux points de contrôle des frontières des deux provinces, les voyageurs doivent présenter leur preuve de réservation du traversier, des pièces d’identité et une adresse de destination, que ce soit un hôtel ou encore de la famille.

«Je sais que pour les gens, ça peut paraître dur à suivre, il y a beaucoup de changements, c’est comme cela depuis le début de la pandémie. La situation évolue rapidement. Il y a beaucoup de gouvernements qui sont impliqués», a expliqué le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre.

«On souhaite tous que les canaux de communication soient améliorés et se fassent en temps réel le plus possible, parce qu’à chaque fois qu’un changement est annoncé par l’un ou l’autre des gouvernements, ça crée un certain mouvement d’inquiétude ou ça augmente l’anxiété», a-t-il ajouté.

Seuls les arrêts pour se ravitailler en essence ou en nourriture en cours de route sont autorisés.