/news/politics

WE Charity a été payé 1,18 million $ par le gouvernement Trudeau

Anne Caroline Desplanques | Le Journal de Montréal

Photo d'Archives, AFP

WE Charity a été payé 1,18 million $ par le gouvernement pour organiser un évènement à Ottawa en 2017 au cours duquel la mère de Justin Trudeau a fait un discours. 

• À lire aussi: WE Charity: vers un témoignage de Trudeau?

• À lire aussi: WE Charity | Justin Trudeau regrette

• À lire aussi: Affaire We Charity : les conservateurs veulent faire la lumière

• À lire aussi: Affaire WE Charity: les conservateurs exigent que Trudeau s'explique

L’organisme a été invité à organiser cet évènement par le premier ministre Trudeau et Patrimoine Canada, d’après un mémo interne de WE Charity obtenu par le National Post. L’évènement a été organisé à l’occasion de la fête du Canada 2017, sur la colline parlementaire.

L’organisme de bienfaisance a indiqué la semaine dernière avoir payé 312 000$ en cachet pour 28 apparitions de la mère de Justin Trudeau, Margaret, entre 2016 et 2020.

Pas surpris 

Dans son mea culpa lundi, Justin Trudeau a déclaré qu’il ne savait pas combien exactement sa mère et son frère avaient été payés par WE Charity, mais qu’il n’en était pas surpris puisqu’ils agissaient comme « professionnels ».

«Mon frère et ma mère ont travaillé comme conférenciers professionnels. Je savais qu’ils avaient travaillé avec différents organismes y compris l’organisme UNI (WE Charity). Je ne savais pas à quel point ils avaient été rémunérés par ces organismes mais j’aurais dû le savoir et je le regrette», a-t-il dit.

Éthique 

Le premier ministre est dans l’eau chaude depuis que son gouvernement a accordé, sans appel d’offres, un contrat d’une valeur de 19,5 millions $ à WE Charity pour gérer et distribuer 900 millions $ en bourses canadiennes pour le bénévolat étudiant.

Bien que le contrat entre l’organisme et l’État ait été annulé, l’affaire a déclenché une enquête du commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique. 

C’est la troisième fois que Justin Trudeau est visé par ce type de vérification, du jamais-vu dans l’histoire du pays.